71Dew9J-S8L

Entrevoir l'harmonie
C'est beau et c'est comme ça, on ne discute pas, ni avec les autres, ni avec soi. D'où cet affect de plénitude, cette présence à elle-même et au monde que nous évoquions précédemment : elle est là, enfin, entière.
...dans le plaisir esthétique, notre entendement et notre perception "jouent" à se renvoyer leur accord mutuel devant la beauté.
...jamais nous ne nous faisons confiance à ce point ! La plupart du temps, alors même que nous disposons de critères, nous continuons à douter. Ici, nous n'avons plus aucun critère mais cessons de douter.
...il est plus vital que jamais de chérir l'esthète en nous... l'esthète est cet homme qui sait juger en l'absence de critères.
Faire preuve de "jugement réfléchissant", c'est être capable d'intuition... la beauté nous apprend à développer notre intuition.
La tradition ne nous guide plus, les experts se trompent sans cesse, l'accélération inouïe du progrès technique fait valser les critères : bientôt, il ne nous restera plus que notre intuition. Alors cultivons-la.
"L'intuition, c'est la raison qui repasse par le corps" (Bergson). La raison intuitive est une raison qui cesse de raisonner : elle résonne enfin.
L'intuition devient la caractéristique première de ce que nous pourrions appeler un "rapport esthétique au monde".
...c'est dans l'élaboration même de l'oeuvre que le sens advient.
Vivre du sens
Nous sentons tous, lorsque c'est beau, que c'est beau parce que c'est vrai.
Le secret de la beauté se joue dans son rapport à la vérité.
La philosophie et la démocratie sont deux valeurs de l'équilibre, de la juste mesure, dessinant le visage d'un humanisme proscrivant tout excès passionnel. La philosophie est fondée sur le dialogue, qui n'est possible que si chacun mesure ses arguments, écoute ceux de l'autre et respecte les règles du langage.
...le plaisir esthétique induit, par cet agrandissement de l'intériorité, un développement de soi.
Il aura fallu voiler le Pont Neuf pour le dévoiler, le recouvrir pour le redécouvrir.
Sublimer sa libido
L'homme ne veut pas guérir, s'il est attaché à son symptôme, c'est que la répétition de ce dernier lui procure, malgré l'évident déplaisir conscient, malgré la souffrance objective, une jouissance inconsciente.
L'émotion esthétique est ainsi définie comme la sublimation de pulsions sexuelles ou agressives refoulées : la satisfaction indirecte, spirituelle, civilisée, des pulsions que cette même civilisation nous a obligés à censurer, pour l'essentiel dans notre petite enfance.
La civilation sait changer, par l'entremise de ses artistes, notre agressivité en émoi spirituel.
Le génie est l'enfant de son enfance. Il est génie par sa capacité colossale, quasiment surhumaine, monstrueuse, à sublimer ses pulsions refoulées.
Léonard de Vinci a changé la boue en or. Alors pourquoi pas moi ?
"Être, c'est persévérer dans son être"
La beauté nous ouvre à notre obscurité, à notre complexité.