16 mars 2017

Retour vers la littérature

Comme le peintre a ses périodes, bleues, fauves ou surréalistes, le lecteur que je suis, a les siennes.Depuis de nombreuses années je délaissais la littérature sans l'occulter totalement cependant. Mais les essais et les livres techniques m'occupaient largement. Encore cet irrépressible besoin d'apprendre qui m'accompagne depuis toujours, me poussait à de l'utile. J'avais un peu oublié combien j'ai appris dans le passé dans les romans, les petits et les grands auteurs, les classiques et les modernes.Je me suis donc promené dans la... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 mars 2017

Moins le quart

Il était moins le quart. Il passa un bouton d'or sous son menton ; elle aimait le beurre. Salé, ajouta-t-elle. Nul n'est parfait. Ne pas juger, ne pas fuir. Ne pas en faire un critère éliminatoire. Elle aimait aussi le café long et tiède. Cela commençait à faire beaucoup, mais il insista. Il caressa son visage de deux mots d'amour jaunes et timides. La réponse ne tarda pas à venir. Elle bronza instantanément. Sa peau claire fit ressortir des îles de beauté et quelque rousseur d'émotion. La frange, store rayé de type balayage fit... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2017

Il fallait que tout s'écroulât

...et puis tout s'est écrouléet puis tout s'est éclairé Il est des conversions qui ne peuvent se faire en douceur comme on en rêverait. Il est des marches qui se montent vraiment, seulement si on les dégringole. Ces à-coups-là nous déchirent, nous déroutent, nous font signe de rembobiner la pellicule qui s'emballait avec passion déraisonnable. Aux ambitieux, les murs en béton salvateurs ! C'est le seul moyen. La tempérance affichée n'est qu'enveloppe. Au fond, la machine accélère pour tenir puis casse sa courroie. Et il faut tout... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]