19 avril 2017

J'ai planté du jasmin

J'ai planté du jasmin sur une histoire abstraite. Il a poussé dans le vide en renforçant des liens. Il sent plus que tout autre sans terreau palpable. Il embaume l'éternité pour les seuls nez sensibles. Les bourrins du vulgaire se tournent vers les chimies des grandes surfaces pour se donner des illusions de mai. Les coeurs purs font, d'un sentiment certain, des jardins sans efforts.J'ai planté du jasmin un matin de printemps. Je me fous des gelées et des saints à venir, je plante quand je veux des graines de plaisir. La floraison... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2017

Le jour de clarté

Le trop-plein de joie crée parfois le vide. L'air se raréfie alors qu'il emplit le corps. Il déborde et c'est l'oxygène qui étouffe de bien-être. Trop plein et tout vide. Le mouvement se paralyse, on ne sait plus où donner de l'action. Trop à faire et rien à faire. Immobile de trop de désir. L'amour de la vie en bandoulière on chemine sans autre carburant et sans autre besoin. Tout est là. Complet. Compact. Parfait. Tout est bien. Mais l'estomac se creuse en apnée de nourriture, vide de tout ce qui est inutile, plein d'essentialité.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 avril 2017

Pas à pas

Dans la foule, j'ai regardé les pas. Les pas des uns, les pas des autres, les miens. Chaque pas va vers la mort, chaque pas approche de la finitude. Même les pas des immobiles vont vers la mort. En marchant vers l'espoir, on marche aussi vers elle. Mais nos peines comme nos joies ne sont véritable Joie qu'avec cette conscience-là. Pour bien aimer la vie, il convient de d'abord aimer la mort. Avec sérénité, avec acceptation. Et seulement nous pourrons goûter la vie. Pas en profiter, comme le dit la banalité qui voudrait qu'on... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

Des ailes au conditionnel

On habiterait une goutte d'eau climatisée. On rebondirait sur un chemin champêtre sentant bon l'enfance. On pourrait être larme sans tristesse ou poire sans soif, vecteur de souple et pluie de bien. On irait voir les pêcheurs ramener les filets et les boulistes jurer en marseillais. On tirerait des caddies à roulettes débordant de fruits d'été l'été et de fruits d'hiver l'hiver. On ferait de la ratatouille et du tiramisù à l'abri des jaloux. On s'enlacerait d'amour sans rien devoir à personne et en chipant des comptes qu'on ne... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2017

Une chemise d'homme

Elles ne sont jamais plus féminines qu'avec une chemise d'homme trop longue sur des jambes nues. Même les plus ingrates y dévoilent d'insoupçonnables charmes. Pour peu que la chemise soit la vôtre, vous êtes doublement touché, peut-être même coulé. Le café chaud sur le plateau et la terrasse baignée de petit matin de juin complètent le tableau. La chemise est blanche et les sourires aussi. C'est l'aube de la vie, le jour de votre naissance. Même à pas d'âge. Au diable les régimes et les bonnes résolutions, les tartines... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]