28 mai 2017

En silence

Ils sont positifs sans avoir besoin de clamer partout qu'ils sont positifs. Ils sont optimistes sans se croire obligés de convaincre les pessimistes. Ils ont compris avant d'autres qu'on ne change pas le monde en voulant changer le monde.Ils cheminent à leur rythme et se font les muscles, ceux qui leur serviront à tendre une main secourable si besoin, en catimini ne laissant entrevoir que le bout de leurs doigts. Ils passent au milieu de tous les milieux sans baisser la tête et sans bomber le torse. En confiance.Ils abreuvent leur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mai 2017

Justice solaire

Le soleil se lève aussi sur les esprits étroits. La nature a ses lois qui troublent nos jugements. Elle fait fi du mérite, elle offre sans tri, elle déverse sans compter. Justice solaire ou puérilité coupable, qu'importe, ce pouvoir est ailleurs, il échappe à nos sens et a un sens qui nous échappe.Soit. Acceptons la sentence. Le soleil est à chacun, il bronze les tordus comme les saints, il éclaire les fripouilles autant que les coeurs purs. Alors à quoi servirait de se bien conduire, de tendre une main secourable, d'aimer son... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 mai 2017

A la juste place

Il est bon de savoir replier ses ailes pour leur faire fendre l'air et la réalité, jouer de leur mouvement pour aller de l'avant, ne plus les brûler face aux charbons ardents, aux vents violents. Saisir le sens de l'aérodynamisme n'est pas se replier, c'est se laisser porter par la nature et l'intelligence. Paravents puis parapluies, éventails et grand-voile, elles protègent nos récoltes et nous laissent cultiver nos jardins loin des sunlights et des infarctus. Pales de moulin plutôt qu'oiseaux aveuglés par le phare, elles créent... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2017

Envie de fraises et de Moustaki

Encore une fois confondre Musset et Vigny, avoir envie de fraises et de Moustaki, chercher le soleil entre les effluves du figuier. Avoir la nostalgie du futur, regretter de ne pas y séjourner longtemps, tricoter son chemin les bras en avant.Cultiver son jardin à l'ombre des bibliothèques, crépiter dans son ventre les braises du savoir, s'assoupir satisfait d'avoir monter les parpaings.Vivre dans un livre d'histoire et un pays de droits acquis, houspiller les pauvres qui se voudraient bourgeois, s'asseoir en hauteur et contempler... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 12:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]