20170815_144225

Il y a le souffle et la langueur, l'ombre et le sein de la mère. Il y a la vie puisqu'on respire.
Et puis, il y a l'enfance.
Il y a la brindille sous le pied, le phare au loin et les bogues au sol. Il y a le temps qui n'existe pas.
Et puis, il y a l'amour.
Il y a la violette qui se fait parfum, l'émotion qui se fait larme. Il y a l'éternité de chaque instant.
Et puis, il y a les arbres.
Il y a l'embrun qui vous gifle d'aimer, la caresse de la mer. Il y a l'horizon à l'horizon.
Et puis, il y a l'acqua.
Il y a l'été sans messes, l'hiver immaculé. Il y a le sablier magique.
Et puis, il y a demain.
Il y a le figuier odorant, le jasmin du voisin. Il y a le calme enveloppant.
Et puis, il y a les mains.
Il y a la fontaine au milieu du chemin, les cruches débordantes. Il y a l'harmonie malgré le vacarme.
Et puis, il y a les mots.
Il y a le sourire portier du possible, le ciel dans les yeux. Il y a le chemin sinueux comme des hanches.
Et puis, il y a le coeur.
Il y a le pré verdoyant, les murets de pierres. Il y a la source aux confins du désert.
Et puis, il y a la peau.
Il y a le reflet scintillant, éclat d'étoile. Il y a l'explosion de couleurs et de joie.
Et puis, il y a toi.