24 juillet 2018

Des forêts mélancoliques

Elle a refermé le livre lentement, comme on referme une porte. On n'y reviendra pas, alors apprécions le moment pour son poids. Mettons-y du solennel pour bien ancrer le passage, l'instant pénible et plein de sens.Elle s'en voulait un peu d'avoir été aussi bien dans 400 pages de forêts mélancoliques, de phrases traînantes et doucereuses, de mots lents. Comment avait-elle pu apprécier cette langueur et ce goût exagéré pour la nostalgie ? D'ordinaire, la nostalgie lui faisait peur, elle l'entraînait vers la vieillesse, l'inefficace et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2018

Dormir sur l'horizon

Les vagues cachent leur respiration. Le calme plat comble plus que le mouvement. Les hauts et les bas sont le même élan vital, on ne les remarque plus. Acceptés, ils dessinent sur la vie, un fil rectiligne en apparence et aucune tempête ne saurait bousculer ce cycle infini.Un trou d'air, une excitation, une pause ou des palpitations sont imperceptibles sur la longueur du trait. Tout est dans le tout. Le temps relativise le temps. Inspiration douce, expiration lente et ainsi glisse le pinceau. Les chaos passés ont arrondi leurs... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juillet 2018

La belle saison

Le ciel ne fait pas de vagues. Pas plus que ne tremble la terre. Le fil du temps s'étend en horizon clair, net, certain. Reste à le laisser glisser sur soi. Parfois dessous, parfois dessus, il épouse son être tantôt support, tantôt souffle céleste.C'est l'heure du simple et du repos, du frugal qui comble plus que tous les trésors. Le temps n'est plus divisé en sections. Ses aiguilles allongées lissent une musique sans dénivelés. Attendre. Sentir. Ne plus compter. Ne plus espérer. Et ne plus rêver. Attendre. Goûter. Offrir la vie à... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]