16 novembre 2018

Malgré tout

La joie ou le bonheur qui s'exonéreraient du tragique de la vie ne seraient que foutaises, vernis éphémère et retour de bâton prévisible. La vie est tragique et belle à la fois. Et sa beauté a d'autant plus d'éclat que le tragique gronde dans ses profondeurs. C'est par contraste qu'elle a de beaux scintillements. La conscience du réel construit des fondations sérieuses, noueuses, patinées, parfois sordides et monstrueuses. Là, face au pire, avisés, nous allumerons des feux. Des feux d'espoir, diraient les plus utopistes. Des feux de... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 15:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 septembre 2018

Guérir de l'intensité

Il en faut du temps pour guérir de l'intensité. Au moins celui qui passe pendant qu'on se demande pourquoi il faudrait guérir de l'intensité. Puis celui qui sert à tordre la ferraille qui a pris forme depuis tant d'années, ces chemins établis, réflexes, croyances et autres certitudes. Décider de changer ses comportements est une chose. Parvenir à le faire en est une autre. Ainsi, nourris au biberon des héros suicidaires aux vies courtes et exaltantes, nous en avions fait notre credo. Il nous fallait remplir nos jours de jeunesse et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2018

Calmer ses ardeurs

Puis, viendra le temps des sagesses. Désillusions, remords et regrets auront été balayés avec responsabilité et acceptation, cette forme de fatalisme qu'on ne subit pas, un arrangement avec soi qui éclairera moins notre impuissance sur certaines choses. Nous ne pouvions pas tout. Nous pouvions même peu au regard de tout ce qui se jouait ailleurs ou dessous. Notre vaillance nous aura au moins servi à faire avancer la charrue, de quelques modestes mètres. Et c'est déjà pas si mal. Sous notre règne, on n'aura pas reculé, il nous faut... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 août 2018

La porte du fond

Quand on aperçoit la porte du fond, la dernière, même si elle ne fait que se deviner tant elle est éloignée, instinctivement on se retourne. Nous ferait-elle peur qu'on préfère lui tourner le dos ou n'est ce que le besoin de regarder le chemin parcouru, d'y chercher un fil rouge, d'en retisser un ensemble cohérent ? Ce moment arrive. Plus tôt pour ceux qui ont vécu en pays de maturité toute leur vie. La conscience de la vie accouche, de bonne heure, de la conscience de la mort. Alors nous voilà soumis à encore plus de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2018

Dormir sur l'horizon

Les vagues cachent leur respiration. Le calme plat comble plus que le mouvement. Les hauts et les bas sont le même élan vital, on ne les remarque plus. Acceptés, ils dessinent sur la vie, un fil rectiligne en apparence et aucune tempête ne saurait bousculer ce cycle infini.Un trou d'air, une excitation, une pause ou des palpitations sont imperceptibles sur la longueur du trait. Tout est dans le tout. Le temps relativise le temps. Inspiration douce, expiration lente et ainsi glisse le pinceau. Les chaos passés ont arrondi leurs... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2018

L'albatros-papillon

L'albatros a pris l'âme du papillon. Et sa légèreté. Et sa souplesse. Et le sentiment de son éphémérité.Il fait froid à l'étage des nuées. Et qui lui en voudrait de venir caresser les coquelicots, de se rassasier aux nourritures terrestres, de se hâler les ailes au soleil ordinaire ? - Virevolte albatros et repose tes ambitions ! Au ras du sol, il est des parfums inconnus qui sentent autre chose que le commun. Ce n'est pas qu'une pause, qu'une récréation. Tu pourras faire planer tes exigences sur des esprits vulgaires. Qui sait, tu... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2018

Être le fil

J'ai rendu les clés du brouhaha, repris mes sandales jaunes et posé un haïku sur le guéridon. Il fait doux. Les obligations attendront. Rien n'est grave. Demain il fera jour ou pas, ce n'est pas le problème d'aujourd'hui. Aujourd'hui, il fait jour. Pour hier, allez frapper plus loin, je n'y suis pour personne. La cerise a rendu l'âme et le jasmin embaume. Le livre a replié ses bras, il s'impatiente de moi. J'arrive. Je bouge sans excitation. Un actif au pas lent m'a enveloppé. Et j'avance. Plus loin que vite, le pas ferme et doux,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2018

Dans le tourbillon de la vie

Je n'en aurai jamais fini de déforester mes certitudes. Celles qui sont venues prendre racine en lieu et place des précédentes. Celles qui finiront avalées par un réel nouveau dont les jours sont comptés.Je prends aujourd'hui le pari de la ringardisation de mes nouvelles découvertes, censées apporter un éclairage révolutionnaire sur l'écran de mes pensées. Un jour viendra.J'accepte les roues qui tournent et les chemins infinis, les balles neuves et les pages blanches, les souvenirs flétris et les croyances new-look. Dans le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2018

Posément

La sagesse est un renoncement. Un sublime renoncement. Apaisant, tranquille, gaules rangées, alignées au fond du cabanon et regard doux embrassant l'expérience et le possible, et fixant sans tension l'instant de conscience consistante. Sublime renoncement, disais-je. De celui qui vous a fait découvrir derrière les batailles sans vainqueurs et les ébullitions sans résultat, des pépites qui dormaient au fond de paysages embrumés par le mouvement. On n'a pas baissé les bras, on a ouvert la porte. On a renoncé à l'illusion. Quelle joie... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

Le temps du cadeau

Sur le chemin du néant, c'est le temps du repos. Sans le chercher. Se poser. Se reposer. Ne rien attendre. Vivre. Douce gracieuseté, c'est l'heure du ballon de baudruche soufflé par le hasard. Plus de fil qui le guiderait, le contraindrait. Le ballon s'envole et se détend. L'espace est tout à lui. Les frontières de la physique ont sauté. C'est l'antichambre récompense, le sas de plénitude. Aux yeux des agités, ce temps semble vide. Et pourtant. Il est compact, plein, puissant. Il suffit juste de le poser comme un souffle d'air pose... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]