13 janvier 2018

Doucement

Le pas lent sur le chemin de halage, est mouvement et patience. Le regard vers le fleuve et dans le vague se laisse griffer par l'eau salie qui descend vers une autre plus claire et salée. La boue se lave en glissant et la marche suit. Chemineau laborieux, dos légèrement courbé, il sait le temps allié. Actif, au ralenti, il fait sa part du jour. Que coule le flux, que se vide le croupi, que se lave la montagne ! Souffrance et jouissance font bon ménage. Elles savent tenir le marcheur debout et en mouvement, en équilibre de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2018

Le chercheur d'or

A force de labourer le chemin vers la vérité, à repasser sur le trait du crayon une vie durant, à en déchirer même la feuille de papier censée reproduire les années d'efforts, de réflexions, de remises en question en remises en question sans pour autant parvenir à poser un point final, pas même une respiration pour jauger son travail, pour juger son parcours, on s'éloigne de la réalité.La vérité ennemie de la réalité ? D'autres l'ont compris et exprimé avant lui. Cependant le chercheur d'or est sourd. Sa soif d'absolu le mène à... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 septembre 2017

L'instant juste

Chez les pauvres on finit son assiette. Puis, on prend des habitudes, et quand on lit un livre, on le finit. Qu'il nous plaise ou pas. Un jour pourtant, on ne s'encombre plus et on ne voit pas pourquoi on s'obligerait à souffrir une lecture inutile. Pour l'assiette je ne crois pas que cela change et à ce jour je pense même qu'il n'est pas souhaitable que cela change à moins de risquer l'empoisonnement bien sûr. On a pu croire qu'un livre imprimé prouvait sa qualité, qu'un éditeur ne se risquait pas à publier du médiocre. On se... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 août 2017

Un masque qui démasque

J'ai nagé en douceur affublé d'un masque total laissant ma respiration aller à son rythme. Je ne comptais plus mes brasses, ne cherchais plus l'air à la surface. Les mouvements, plus lents, décidaient de mon bien-être. La vision des fonds que me permettait l'accessoire ajoutait à la tranquillité et à la communion avec les lieux. J'avais attendu six décennies avant de ne plus barboter, de ne plus chercher à m'extraire de l'eau tout en avançant, à ne plus creuser les reins pour respirer. L'invention m'apportait, bien tard, la... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2017

Joie de la profondeur

Connaître la joie de la profondeur, ce mercure de miel qui élève, qui rend vraie toute sensation. Pouvoir jouir du monde en connaissance de cause. Un filet d'huile d'olive sur une tomate d'été comble les sens même si l'on sait qu'à la même heure à l'autre bout du monde on meurtrit des vies pour des causes abominables. Ne pas fuir le réel et s'en faire une couche douce et jamais complètement confortable, que l'éveil soit moteur et conscience de goûter l'instant qu'on couronne lui donnant toute sa force. Courir après l'éphémère... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2017

La leçon de la cruche

La cruche est à sa place, à sa place de cruche. Son ombre joue l'ombre, passivement. Le temps s'écoule, immobile. L'objet donne l'exemple qui sait attendre. Le soleil le récompense. Patiente et confiante, la cruche attend l'heure. Pour son utilité, elle est constante, en mouvement ou pas. Ne rien faire, c'est aussi faire quelque chose, ne se dit-elle même pas. Elle est, donc elle fait. L'exhaltation perd les meilleurs d'entre nous qui veulent bien faire, qui croient mieux faire. Après le beau temps vient la pluie et l'activation... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 juin 2017

La Sainte-Victoire

Qu'il est long ce chemin, et tortueux aussi, celui qui mène à ce répit, ce repos. Après avoir posé sa pioche et sa truelle, satisfaits du mur monté, du terrain labouré, on a construit sa Montagne Sainte-Victoire, celle qui nous permettra d'avoir son essentiel, solide, prétendument acquis. Un socle qu'on aura édifié d'un béton de labeur, d'erreurs et de réussites, une structure qui sera sa propre oeuvre, celle qui sied à son artisan, son artiste. On ouvrira les volets un matin d'été et sa Sainte-Victoire apparaîtra comme une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2017

Vivre sa vie "hors-saison"

Le détachement est une forme d'engagement. Prendre ses distances avec les mouvements de la cité a quelque chose de sacerdotal. C'est comme la mission de n'avoir plus de mission, le désengagement comme forme suprême, aboutie, de l'engagement humain. Être utile, amplement utile sans plus être dans les affaires, influer sans bouger, distiller des ondes sans sortir de sa tanière. Se voir hors-saison dans le temps et hors-saison dans l'espace. Qu'il est doux le dessein d'être ailleurs, loin des modes et des projecteurs, du cambouis et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 juin 2017

Entre passion et addiction

C'est quand, rentrant chez lui, il alla vérifier si le marque-page de son livre en cours avait avancé pendant son absence que lui vint à l'esprit la question de l'addiction.Addict à la lecture, il y a pire mais addict quand même. Était-il sur le point de devenir fou ? Alors il se mit à analyser la situation. Il détermina la date initiale de cette boulimie de lecture, il fit des statistiques, en nombre de livres, en nombre de pages, en nombre d'heures. La réponse apparut, limpide, évidente. Depuis six mois, il avait multiplié son... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2017

En silence

Ils sont positifs sans avoir besoin de clamer partout qu'ils sont positifs. Ils sont optimistes sans se croire obligés de convaincre les pessimistes. Ils ont compris avant d'autres qu'on ne change pas le monde en voulant changer le monde.Ils cheminent à leur rythme et se font les muscles, ceux qui leur serviront à tendre une main secourable si besoin, en catimini ne laissant entrevoir que le bout de leurs doigts. Ils passent au milieu de tous les milieux sans baisser la tête et sans bomber le torse. En confiance.Ils abreuvent leur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]