28 avril 2018

Dans le tourbillon de la vie

Je n'en aurai jamais fini de déforester mes certitudes. Celles qui sont venues prendre racine en lieu et place des précédentes. Celles qui finiront avalées par un réel nouveau dont les jours sont comptés.Je prends aujourd'hui le pari de la ringardisation de mes nouvelles découvertes, censées apporter un éclairage révolutionnaire sur l'écran de mes pensées. Un jour viendra.J'accepte les roues qui tournent et les chemins infinis, les balles neuves et les pages blanches, les souvenirs flétris et les croyances new-look. Dans le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2018

Posément

La sagesse est un renoncement. Un sublime renoncement. Apaisant, tranquille, gaules rangées, alignées au fond du cabanon et regard doux embrassant l'expérience et le possible, et fixant sans tension l'instant de conscience consistante. Sublime renoncement, disais-je. De celui qui vous a fait découvrir derrière les batailles sans vainqueurs et les ébullitions sans résultat, des pépites qui dormaient au fond de paysages embrumés par le mouvement. On n'a pas baissé les bras, on a ouvert la porte. On a renoncé à l'illusion. Quelle joie... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

Le temps du cadeau

Sur le chemin du néant, c'est le temps du repos. Sans le chercher. Se poser. Se reposer. Ne rien attendre. Vivre. Douce gracieuseté, c'est l'heure du ballon de baudruche soufflé par le hasard. Plus de fil qui le guiderait, le contraindrait. Le ballon s'envole et se détend. L'espace est tout à lui. Les frontières de la physique ont sauté. C'est l'antichambre récompense, le sas de plénitude. Aux yeux des agités, ce temps semble vide. Et pourtant. Il est compact, plein, puissant. Il suffit juste de le poser comme un souffle d'air pose... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 janvier 2018

Doucement

Le pas lent sur le chemin de halage, est mouvement et patience. Le regard vers le fleuve et dans le vague se laisse griffer par l'eau salie qui descend vers une autre plus claire et salée. La boue se lave en glissant et la marche suit. Chemineau laborieux, dos légèrement courbé, il sait le temps allié. Actif, au ralenti, il fait sa part du jour. Que coule le flux, que se vide le croupi, que se lave la montagne ! Souffrance et jouissance font bon ménage. Elles savent tenir le marcheur debout et en mouvement, en équilibre de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2018

Le chercheur d'or

A force de labourer le chemin vers la vérité, à repasser sur le trait du crayon une vie durant, à en déchirer même la feuille de papier censée reproduire les années d'efforts, de réflexions, de remises en question en remises en question sans pour autant parvenir à poser un point final, pas même une respiration pour jauger son travail, pour juger son parcours, on s'éloigne de la réalité.La vérité ennemie de la réalité ? D'autres l'ont compris et exprimé avant lui. Cependant le chercheur d'or est sourd. Sa soif d'absolu le mène à... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 septembre 2017

L'instant juste

Chez les pauvres on finit son assiette. Puis, on prend des habitudes, et quand on lit un livre, on le finit. Qu'il nous plaise ou pas. Un jour pourtant, on ne s'encombre plus et on ne voit pas pourquoi on s'obligerait à souffrir une lecture inutile. Pour l'assiette je ne crois pas que cela change et à ce jour je pense même qu'il n'est pas souhaitable que cela change à moins de risquer l'empoisonnement bien sûr. On a pu croire qu'un livre imprimé prouvait sa qualité, qu'un éditeur ne se risquait pas à publier du médiocre. On se... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2017

Un masque qui démasque

J'ai nagé en douceur affublé d'un masque total laissant ma respiration aller à son rythme. Je ne comptais plus mes brasses, ne cherchais plus l'air à la surface. Les mouvements, plus lents, décidaient de mon bien-être. La vision des fonds que me permettait l'accessoire ajoutait à la tranquillité et à la communion avec les lieux. J'avais attendu six décennies avant de ne plus barboter, de ne plus chercher à m'extraire de l'eau tout en avançant, à ne plus creuser les reins pour respirer. L'invention m'apportait, bien tard, la... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2017

Joie de la profondeur

Connaître la joie de la profondeur, ce mercure de miel qui élève, qui rend vraie toute sensation. Pouvoir jouir du monde en connaissance de cause. Un filet d'huile d'olive sur une tomate d'été comble les sens même si l'on sait qu'à la même heure à l'autre bout du monde on meurtrit des vies pour des causes abominables. Ne pas fuir le réel et s'en faire une couche douce et jamais complètement confortable, que l'éveil soit moteur et conscience de goûter l'instant qu'on couronne lui donnant toute sa force. Courir après l'éphémère... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2017

La leçon de la cruche

La cruche est à sa place, à sa place de cruche. Son ombre joue l'ombre, passivement. Le temps s'écoule, immobile. L'objet donne l'exemple qui sait attendre. Le soleil le récompense. Patiente et confiante, la cruche attend l'heure. Pour son utilité, elle est constante, en mouvement ou pas. Ne rien faire, c'est aussi faire quelque chose, ne se dit-elle même pas. Elle est, donc elle fait. L'exhaltation perd les meilleurs d'entre nous qui veulent bien faire, qui croient mieux faire. Après le beau temps vient la pluie et l'activation... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 juin 2017

La Sainte-Victoire

Qu'il est long ce chemin, et tortueux aussi, celui qui mène à ce répit, ce repos. Après avoir posé sa pioche et sa truelle, satisfaits du mur monté, du terrain labouré, on a construit sa Montagne Sainte-Victoire, celle qui nous permettra d'avoir son essentiel, solide, prétendument acquis. Un socle qu'on aura édifié d'un béton de labeur, d'erreurs et de réussites, une structure qui sera sa propre oeuvre, celle qui sied à son artisan, son artiste. On ouvrira les volets un matin d'été et sa Sainte-Victoire apparaîtra comme une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]