26 juin 2017

Passer

- Si j'avais ton talent je passerais à la télé.J'aurais voulu lui répondre que s'il avait mon talent, il voudrait surtout ne pas passer à la télé. Je n'ai pas osé, de peur de le vexer sans doute, ou, au fond de moi, par certitude que cette idée lui échapperait. Il devait certainement faire partie de la cible de cette affiche publicitaire vue récemment. On y promouvait une liqueur qui nous promettait de "ne pas passer inaperçu". Et là, c'est moi qui décrochais. Comment pouvait-on avoir comme objectif de ne pas passer inaperçu ?Les... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 08:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 juin 2017

La Sainte-Victoire

Qu'il est long ce chemin, et tortueux aussi, celui qui mène à ce répit, ce repos. Après avoir posé sa pioche et sa truelle, satisfaits du mur monté, du terrain labouré, on a construit sa Montagne Sainte-Victoire, celle qui nous permettra d'avoir son essentiel, solide, prétendument acquis. Un socle qu'on aura édifié d'un béton de labeur, d'erreurs et de réussites, une structure qui sera sa propre oeuvre, celle qui sied à son artisan, son artiste. On ouvrira les volets un matin d'été et sa Sainte-Victoire apparaîtra comme une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

Il restera les livres

. Il avait cet air habité qu'ont ceux qui ont lu Tolstoï. Sa démarche et son regard étaient parallèles, ils ne se croisaient pas. Quand certains vivent dans des bibliothèques, d'autres sont habités par elles. C'était son cas. On se serait promenés dans les couloirs de sa mémoire comme dans un lieu lumineux et poussiéreux à la fois à la recherche de pépites surprenantes dont on pourrait jurer que leur découverte était un signe de l'au-delà, un pousse-destin qu'il fallait saisir, pétrir, digérer et restituer au prochain visiteur. Quoi... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 juin 2017

Vivre sa vie "hors-saison"

Le détachement est une forme d'engagement. Prendre ses distances avec les mouvements de la cité a quelque chose de sacerdotal. C'est comme la mission de n'avoir plus de mission, le désengagement comme forme suprême, aboutie, de l'engagement humain. Être utile, amplement utile sans plus être dans les affaires, influer sans bouger, distiller des ondes sans sortir de sa tanière. Se voir hors-saison dans le temps et hors-saison dans l'espace. Qu'il est doux le dessein d'être ailleurs, loin des modes et des projecteurs, du cambouis et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 juin 2017

Le matelas de la mélancolie

Qu'il est bon quelques fois, pas trop souvent, de poser son esprit sur le matelas de la mélancolie, retrouver ses madeleines sans nostalgie, ressentir son enfance sans regrets ! Relâcher ses tendons, abandonner ses organes et aspirer les pensées pour donner rendez-vous au cocon de sa boîte à souvenirs, amicale compagne d'un chemin d'avenir. Couché sur le passé et les jambes impatientes, on se laisse porter à trois mètres du sol par un TGV champêtre aux vapeurs de lilas. Douce et joyeuse mélancolie qui n'oublie pas le réel et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 juin 2017

Entre passion et addiction

C'est quand, rentrant chez lui, il alla vérifier si le marque-page de son livre en cours avait avancé pendant son absence que lui vint à l'esprit la question de l'addiction.Addict à la lecture, il y a pire mais addict quand même. Était-il sur le point de devenir fou ? Alors il se mit à analyser la situation. Il détermina la date initiale de cette boulimie de lecture, il fit des statistiques, en nombre de livres, en nombre de pages, en nombre d'heures. La réponse apparut, limpide, évidente. Depuis six mois, il avait multiplié son... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2017

En silence

Ils sont positifs sans avoir besoin de clamer partout qu'ils sont positifs. Ils sont optimistes sans se croire obligés de convaincre les pessimistes. Ils ont compris avant d'autres qu'on ne change pas le monde en voulant changer le monde.Ils cheminent à leur rythme et se font les muscles, ceux qui leur serviront à tendre une main secourable si besoin, en catimini ne laissant entrevoir que le bout de leurs doigts. Ils passent au milieu de tous les milieux sans baisser la tête et sans bomber le torse. En confiance.Ils abreuvent leur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 13:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 mai 2017

Justice solaire

Le soleil se lève aussi sur les esprits étroits. La nature a ses lois qui troublent nos jugements. Elle fait fi du mérite, elle offre sans tri, elle déverse sans compter. Justice solaire ou puérilité coupable, qu'importe, ce pouvoir est ailleurs, il échappe à nos sens et a un sens qui nous échappe.Soit. Acceptons la sentence. Le soleil est à chacun, il bronze les tordus comme les saints, il éclaire les fripouilles autant que les coeurs purs. Alors à quoi servirait de se bien conduire, de tendre une main secourable, d'aimer son... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 mai 2017

A la juste place

Il est bon de savoir replier ses ailes pour leur faire fendre l'air et la réalité, jouer de leur mouvement pour aller de l'avant, ne plus les brûler face aux charbons ardents, aux vents violents. Saisir le sens de l'aérodynamisme n'est pas se replier, c'est se laisser porter par la nature et l'intelligence. Paravents puis parapluies, éventails et grand-voile, elles protègent nos récoltes et nous laissent cultiver nos jardins loin des sunlights et des infarctus. Pales de moulin plutôt qu'oiseaux aveuglés par le phare, elles créent... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2017

Envie de fraises et de Moustaki

Encore une fois confondre Musset et Vigny, avoir envie de fraises et de Moustaki, chercher le soleil entre les effluves du figuier. Avoir la nostalgie du futur, regretter de ne pas y séjourner longtemps, tricoter son chemin les bras en avant.Cultiver son jardin à l'ombre des bibliothèques, crépiter dans son ventre les braises du savoir, s'assoupir satisfait d'avoir monter les parpaings.Vivre dans un livre d'histoire et un pays de droits acquis, houspiller les pauvres qui se voudraient bourgeois, s'asseoir en hauteur et contempler... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 12:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]