28 avril 2018

Dans le tourbillon de la vie

Je n'en aurai jamais fini de déforester mes certitudes. Celles qui sont venues prendre racine en lieu et place des précédentes. Celles qui finiront avalées par un réel nouveau dont les jours sont comptés.Je prends aujourd'hui le pari de la ringardisation de mes nouvelles découvertes, censées apporter un éclairage révolutionnaire sur l'écran de mes pensées. Un jour viendra.J'accepte les roues qui tournent et les chemins infinis, les balles neuves et les pages blanches, les souvenirs flétris et les croyances new-look. Dans le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2018

Sur la margelle

Nous avons oublié trop vite l'eau qui sèche sur la margelle et les mots doux de l'aïeule au sortir de l'enfance. Nous avons pris le train et nous y sommes fait prendre, ballottés par les fausses urgences et les tristes ambitions.Il aurait suffi de si peu. Que nous gardions le goût des mûres sur le bout de la langue plus longtemps que l'été, que nous croyions à l'intuition de l'aube disant la couleur du crépuscule, que nous écoutions d'une attention plus soutenue les leçons des anciens. Nous avons laissé passer les calendriers, les... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2018

Posément

La sagesse est un renoncement. Un sublime renoncement. Apaisant, tranquille, gaules rangées, alignées au fond du cabanon et regard doux embrassant l'expérience et le possible, et fixant sans tension l'instant de conscience consistante. Sublime renoncement, disais-je. De celui qui vous a fait découvrir derrière les batailles sans vainqueurs et les ébullitions sans résultat, des pépites qui dormaient au fond de paysages embrumés par le mouvement. On n'a pas baissé les bras, on a ouvert la porte. On a renoncé à l'illusion. Quelle joie... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2018

Passager de moi-même

J'ai laissé les commandes à la confiance. Je suis devenu passager de moi-même. Porté par la construction passée, par les briques montées, le savoir intégré. Ressort lâché en douceur et en durée, je repose mon corps sur un hamac en voyage. Fluide, léger et racé, il file à travers un temps vaporeux fait de traits de pinceaux sans angles, écriture souple, courbes élancées, traces élégantes. Passager du temps à venir, je glisse horizontal sous le soleil traçant mon fil sur une poudreuse immaculée. Le monde est virgule, apostrophe et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2018

La Joie Sérieuse (Amazon)

   
Posté par Claudio Orlando à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2018

Sur un cordage lustré

J'ai tressé, ma vie durant, une corde de doutes et de certitudes. Successivement. Drôle de composition : un brin de rationalité philosophique, une torsade de foi sans destinataire, un fil de curiosité psychologique. Tantôt souple et tantôt raide, elle me hissait vers des sommets ou me lâchait en plein vol. Voyageur incessant je fuyais les chapelles, les cases et les définitions. Feu follet je sautillais à la moindre velléité de me saisir, de me classer. Le spirituel en bandoulière dans une foule de rationalistes et zélé scientifique... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 février 2018

Le temps du cadeau

Sur le chemin du néant, c'est le temps du repos. Sans le chercher. Se poser. Se reposer. Ne rien attendre. Vivre. Douce gracieuseté, c'est l'heure du ballon de baudruche soufflé par le hasard. Plus de fil qui le guiderait, le contraindrait. Le ballon s'envole et se détend. L'espace est tout à lui. Les frontières de la physique ont sauté. C'est l'antichambre récompense, le sas de plénitude. Aux yeux des agités, ce temps semble vide. Et pourtant. Il est compact, plein, puissant. Il suffit juste de le poser comme un souffle d'air pose... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2018

S'abandonner à vivre

Ne plus avoir peur du soirS'émerveiller devant le marché aux poissonsBabiller devant un bébé et lui chanter BrassensÉcrire avec le doigt martelant l'azertyVoir un ami pleurer, voir un ami pleurerRessentir sans penser qu'on ressentMettre un pied devant l'autreAdmirer le grand âgeS'asseoir deboutAller chercher son enfance dans la frangipaneRessembler à ses enfants ou l'inverseRegarder de plus en plus souvent la terre le dos courbéAller gratter l'hiver pour libérer les hirondellesPrendre le large en imprimant sa marqueÉcrire au stylo... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 janvier 2018

Doucement

Le pas lent sur le chemin de halage, est mouvement et patience. Le regard vers le fleuve et dans le vague se laisse griffer par l'eau salie qui descend vers une autre plus claire et salée. La boue se lave en glissant et la marche suit. Chemineau laborieux, dos légèrement courbé, il sait le temps allié. Actif, au ralenti, il fait sa part du jour. Que coule le flux, que se vide le croupi, que se lave la montagne ! Souffrance et jouissance font bon ménage. Elles savent tenir le marcheur debout et en mouvement, en équilibre de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2018

Le chercheur d'or

A force de labourer le chemin vers la vérité, à repasser sur le trait du crayon une vie durant, à en déchirer même la feuille de papier censée reproduire les années d'efforts, de réflexions, de remises en question en remises en question sans pour autant parvenir à poser un point final, pas même une respiration pour jauger son travail, pour juger son parcours, on s'éloigne de la réalité.La vérité ennemie de la réalité ? D'autres l'ont compris et exprimé avant lui. Cependant le chercheur d'or est sourd. Sa soif d'absolu le mène à... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]