29 mars 2014

Quelques brouillons en plan

Pour dire qu'il était en panne d'inspiration, il évoquait une fracture de la clavitude. Aussi, quand il proposa un match de boxe virtuel entre lassassinhabiteau21 et lepoinçonneurdeslilas, nul ne fut surpris. L'absurdité devenait courante chez l'individu et on n'alertait plus les urgences psychiatriques depuis longtemps. Ça passerait ! Et ça passait.Le hic, c'est que l'original n'était plus crédible sur rien. Vous confieriez vos enfants, votre avenir ou votre argent à un illuminé, vous ? Pas moi. ... Une fois ne sera pas costume, je... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 mars 2014

... joyeusement

    Je Vote Sereinement Je Vote Tranquillement Je VoteOlivier BETTATIje vote joyeux je vote positif je vote dynamique je vote possible je vote vivant je vote large je vote ouvert je vote Bettati je vote Autrement je vote nouveau je vote énergique je vote libre je vote au mieux je vote différent je vote en couleurs je vote et compte sur moi je vote et balaie devant ma porte je vote et je crois je vote à distance je vote les yeux ouverts je vote encore je... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2014

Hallali

Sur l'air de Nathalie (Bécaud) Le camp des Roses est livideConcas a suivi BettatiC'est qu'il a un certain fluideBettati Le camp des Roses est à terreEt ses pétales pourrisReste pour changer de maireBettati Il a fait une belle listePour sortir de l'EstrosismeEt je rêve déjàQu’on pourrait saisir cett’ chanceD’aller en intelligenceBoire de ce tonneau-là Le camp des Roses est en kitC'est féroce, mais j'en sourisElle a bien travaillé l'équipeD'Bettati, D'Bettati... Dans les rues, sur les marchés,Des Niçois très accueillantsAttendaient... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2014

Une bourriche d'huîtres

Depuis le temps que j'attends que le Parti Soccaliste devienne un parti d'appoint, un de ces petits partis à qui on ferait l'honneur d'accepter qu'ils fassent le joint pour permettre de franchir une barre. Eh bien, on n'en est pas loin. Et ça s'approche à grands pas dans ma ville. Sectaires et dogmatiques, ils adorent foncer dans le mur, accélérer lorsqu'on les prévient de l'obstacle, appliquer les vieilles recettes à des temps nouveaux, et plastronner sans retenue, sûrs de leur génie et de leur grandeur, enivrés par leurs... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 mars 2014

L'ombre de l'albatros

On sait depuis longtemps les difficultés qu'ont les albatros à se mouvoir dans la foule des troupeaux, à marcher sur le plancher des vaches, à ramper au niveau des pâquerettes. On sait depuis longtemps le peu de compréhension qu'ils ont de la part des esclaves photocopiés. On sait depuis longtemps qu'ils meurent sans reconnaissance de leur abnégation et de leur générosité. Mais, on oublie souvent, que l'ombre de leurs ailes réveille des jalousies destructrices. Ces bipèdes rampants qui les piquent sur le pont n'ont de cesse de les... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2014

Quand il vaut mieux ne pas savoir

Lorsque je m'arrête sur une aire d'autoroute, qu'entre les toilettes et la machine à café, je détaille les visages et les attitudes des autres voyageurs, me vient une angoisse, une prise de conscience qui m'inquiète : ce sont donc ceux-là qui roulent près de moi à 130 à l'heure depuis des heures ? Ce sont les mêmes que je retrouverai pendant des heures en repartant ? Il y a de quoi avoir peur ! Oh, je sais bien que j'interprète, que je reporte des critères personnels et des stéréotypes. Mais, ça fait peur quand même. Tenez-vous bien,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2014

Municipalermo

  Photo clin d'oeil de mon amie Barbara (2012)
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2014

Les maudits tendres (1981)

De Verlaine à Corbière, de Villon à BaudelaireCombien de tendres coeurs ont noyé leurs misèresDans des verres d'absinthe et des verres de versSans trouver dans leur vie autre chose que l'hiverPourquoi la poésie est-elle si gourmande,Et d'angoisses et de pleurs et d'amères amandes ?La sensibilité est sans valeur marchandeEt plonge dans l'ennui ceux qui en ont à revendreSublimes créations pour une posthume gloire,Bien trop chère payée par le mot désespoirRéponse à des questions, ouvrières de l'histoireDe ces maudits acteurs qui aident... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 mars 2014

Via Umana

Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2014

Minimalisme "Le moins, c'est le plus" (2007)

A qui n’est-il pas arrivé, en lisant un livre, un article, de se dire :« Bon sang, mais, c’est bien sûr ! » On découvre une idée « Oui, c’est exactement ce que je pense »On est transporté par une démonstration, impressionné par la limpidité du propos, ému par le choix de la forme…Alors, on se retrouve admiratif face à tant de concision, d’esprit de synthèse, et de communauté d’esprit avec l’auteur. En même temps, une pointe d’ego éveille une petite jalousie ; celle d’avoir été doublé dans la rédaction. On a commencé à se dire qu’il... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]