10 février 2014

Les gens vont mal

Notre œil est-il plus aiguisé, nos oreilles plus réceptives ? Sommes-nous moins pudiques, plus confidents, plus exigeants ?Un peu de tout cela.Toujours est-il que chacun fait l'expérience que les gens vont mal.Bien sûr, ce sont nos propres doutes, nos questionnements, nos maux à nous qui nous révèlent ceux des autres. Et plus les gens vont mal, plus ils le voient, plus ils l'admettent même, plus ils continuent à chercher sous le réverbère les clés qu'ils ont perdues ailleurs.Et  la vie moderne et son actualité... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2014

Grands-pères

Lorsqu'on n'a pas connu ses grands-pères, on se les invente, on les imagine ou on les remplace par d'autres figures. La chanson de Leny Escudero, "Grand-Père" est assez significative. "Un fantôme me hante/Grand-père je t'invente/Et je te fais comme/Je t'aurais voulu". Je suis de ceux-là. Ayant perdu mon grand-père maternel lorsque j'avais trois mois, et le paternel à un an, j'ai inventé, j'ai remplacé. Remplacés par le noyer qui protégeait la roulotte qui nous servait de première demeure en France. Remplacés plus tard par des... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 février 2014

Le présent, c'est pas un cadeau

Le billet de mon amie Tiphaine, sur son blog hier, m'a inspiré ce qui suit. Mais, d'abord son billet : Le présent dure, pourtant (Tiphaine) "Profite, profite, profite : le présent ne dure pas… C’est pénible cette idée, pénibles les images dégoulinantes de nostalgie, la mère regarde son enfant et chérit l’instant présent qui passe si vite, qui ne reviendra plus… peut-être qu’à force d’être matraqué ça devient vrai alors on se le répète, carpe et diadème, on l’affiche sur les murs, on le dit, on le redit, on l’écrit, on le publie, on... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 février 2014

La saison du melon

Cela fait quelques temps déjà que c'est dans l'air. Je l'ai vu autour de moi, des connaissances, des amis même et plus loin jusqu'aux élites et dans tous les milieux. Oh, je n'ai rien découvert, mais, éternel optimiste, je crois toujours que chaque seconde qui passe est la première de temps plus sains et plus purs. Lorsqu'un arrêt sur images me renvoie à la dure réalité, je n'en suis même plus affecté. L'habitude ou l'expérience ont chassé l'amertume et la déception. N'y voyons aucune résignation ou fatalisme, car demain, je le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2014

L'énergie renouvelable (2008)

On a beau savoir, on a beau le dire, on a beau l’écrire, ça surprend toujours. On se croit au bout du rouleau, à bout de forces, au fond du trou, à sec... puis comme pour les jauges d'essence, il y a une réserve. Puis, une réserve de réserve, à l'infini.Cette énergie se renouvelle quand on s'en sert. Cette force intérieure nécessaire à un moment précis est toujours là, disponible. Elle n’attend que l’ordre. L’ordre de se mettre en marche, d’activer les ressources qui vont nous permettre d’aboutir.Et il ne s’agit pas... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 février 2014

L'élitisme pour tous (2007)

Nous vivons dans un monde à l'ambition peu ambitieuse.On a voulu loger tout le monde à la même enseigne dans le métro et on a supprimé la première classe quand il suffisait de supprimer la seconde. On nivelle par le bas partout. A l'école d'abord. Pas le droit d'être plus vif que son voisin. Pas le droit d'avoir la réponse poétique, originale. Pas le droit de ne pas suivre les règles. On accepte la lenteur quand il y a le potentiel pour aller vite sans aller mal. On perd un temps fou à envelopper les discours de pommade en... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 février 2014

Il faut se méfier de l'eau qui pleure

"Il faut se méfier de l'eau qui pleure". Il l'a trouvée au coin d'un rêve cette phrase. Alors, il l'a ramassée, se l'est mise en bandoulière et a repris son chemin. Un peu triste, elle fait son poids. Un peu liquide, elle dégouline. Qu'importe, il l'emmènera partout, comme un compagnon du tour de France bichonne ses outils personnels. Artisan du récit, il visitera les mots et leurs sonorités, inventera des sens à dérouter, des rimes à faire fuir et des phrases tantôt ciselées, tantôt brutes, mais, toujours fraîches."Il faut se méfier... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 février 2014

Je vais bientôt mourir

Je vais bientôt mourir... Dans 20 ou 30 ans au mieux (allez, 40 si vous voulez), c'est réglé cette histoire.Je vais bientôt mourir, alors le temps me manque. Mourir avec le sentiment de ne pas avoir commencé, celui de ne pas avoir donné ce que j'avais à donner.Je vais bientôt mourir, mourir d'une vie au ralenti, à marcher dans les clous, à les écouter confondre vivre et consommer, aimer et calculer, donner et compter, évoluer et accumuler.Je vais bientôt mourir sans m'être réveillé.Je vais bientôt mourir dans la cage... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 février 2014

Course du Soleil aujourd'hui !

Course, c'est sûr. Soleil, beaucoup moins. Toujours est-il que je serai sur la ligne de départ de ce semi-marathon de Nice à Monaco, pour la 9ème fois. De 2006 à 2013, de 1h 55' 43" (record personnel) à 2h 06' 18", dont un abandon en course pour blessure au 10ème kilomètre. Pas d'objectif, mais, ça devrait se situer autour de 2h 03'. L'an dernier, c'était 2h 01' 02". Particularité : Mon fils Ugo et son amie Laura courent leur premier semi-marathon avec moi. Ils ont choisi le plus beau. Pas moi, hein, le semi. Voilà. Routine, mais... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 février 2014

obsédés par les mêmes choses

  Litanies (François Cavanna) "Coups de sang" 1991 Belfond."Vous, les bonnes joues, les heureux, les forts, les pétant de santé, je vous emmerde.Vous, les décidés, les décideurs, les jeunes loups, les fonceurs, les gagneurs, je vous emmerde.Vous, les malins, les rusés, les prévoyants, les avisés, je vous emmerde.Vous, les bons, les charitables, les braves types, les coeurs d'or, je vous emmerde.Vous, les béats, les bons cons, les innocents, les dort-en-chiant, les victimes, les michetons, je vous emmerde.Vous, les enfants, les... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]