14 août 2013

La paresse intellectuelle (2008)

Voilà ce qu’on voulait : un monde "sans prise de tête". La réflexion, ça fatigue, le questionnement, ça complique et le doute ça fait douter. Je crois que cela a commencé avec Bernard Pivot.Dans les années 80, un virage fut pris. On avait le droit de revendiquer la distraction, la détente et le laisser-aller. C’était même bien vu, dans l’air du temps. Et les gens sérieux avec des ambitions plus élevées n’étaient plus que des snobinards prétentieux.Le présentateur d’Apostrophes avouait ses passions footballistiques et culinaires.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2013

La déception

Il y a bien une façon de ne pas être déçu par les autres. C'est de n'en attendre rien. Mais la misanthropie guette.Aussi, on laisse encore une chance, et encore une autre et encore une autre. On se dit responsable d'avoir trop rêvé, idéalisé, imaginé.Pourtant, on avait bien pris la précaution de se faire tout petit, de prendre l'autre comme argent comptant, de ne rien interpréter, de faire l'enfant, l'innocent. L'autre savait. L'autre était.Nous avions tout à en apprendre. Au diable nos préjugés et nos premières impressions. Nous... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 août 2013

La paix des anges

Courir un dimanche d'été sur la Promenade des Anglais à 6 heures du matin est un exercice d'analyse sociologique des plus intéressants. L'aube est encore derrière le rideau et c'est seulement vers 6h 15 que, timide, elle prend le relais des lampadaires de la ville qui, d'un coup, lui laissent la place. Le bateau qui nettoie la plage au jet d'eau n'est pas encore passé et les hommes fluo du nettoiement commencent par l'autre bout. Aussi, on peut encore avoir la totalité du spectacle pour soi. Les mouettes s'affairent. L'une se débat... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 août 2013

Ma photo de la semaine

Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2013

Proverbe martien

La femme du voisin est toujours plus verte
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2013

Trésor

Sans doute habitué des cocktails et autres soirées vulgaires et superficielles, Monsieur Ducon avait osé aborder l'épouse de Monsieur Lajoie.Chaussé de ses gros sabots visibles à trois milliards de kilomètres, il sortit de sa besace, qui avait beaucoup servi, une formule toute faite d'abruti fini, incapable de créer des phrases lui-même."Trésor" dit-il faisant mine de sentir le parfum de la dame. Les yeux satisfaits et le sourire en coin, il puait la suffisance et la médiocrité. Macho primaire et collectionneur de pétasses, il... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2013

Un espoir dans l'air

Depuis quelques jours, l'odeur fétide et habituelle de l'usine est mâtinée par une autre.Il y a comme un espoir dans l'air. Ces ouvriers des années 80, imprégnés depuis tant d'années des effluves du tannage, vivent sous le joug des maitres de la ville, les mégissiers.Ces rois de la cité font la pluie et le beau temps dans toute la région. Ils possèdent l'arme fatale ; ce sont les distributeurs de travail.André et René ne se sont jamais quittés. Sortis du même ventre, en même temps, cinquante ans plus tôt, ils vivent leur célibat... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 août 2013

Une rencontre

Il vit bien que la silhouette flirtait avec la perfection. Mais le soleil dans les yeux l’empêchait de distinguer dans quelle catégorie classer la passante. Une fois croisée, il se retourna. Comment faire autrement ? Mais trop tôt. Son ombre le trahit. Elle vrilla devant les pieds de la jeune femme. La physique était impitoyable. L’ombre obéit à la lumière. Inévitablement. Grillé ? Qu’importe ! La chut de reins imposait le silence. Il se tut. Bouche bée. "Or" Catégorie pensa-t-il. C’était classé. La main balayeuse ajusta... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 août 2013

Un trottoir

Un trottoir sentimental et bas de plafond calcule en temps réel les caresses bipèdes d'une époque servile fuyant, immobile, le destin plastique d'une écologie polluante investie par les bourses de politiques horizontales. Un trottoir romantique et dépressif féminise le mâle. C'est bien. Un trottoir glabre répond à côté aux questions existentielles et insipides de couches populaires anti-fuites sur le chemin infini d'une impasse impaire. Un trottoir roulant coule. Un trottoir expressionniste touche le jackpot de camarades... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2013

Approfondissement/élévation

De la même façon que la simplicité est le fruit de la complexité, c'est l'approfondissement qui permet l'élévation.    
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]