06 septembre 2013

Les marrons n'ont plus d'odeur

Les rues perpendiculaires se croisent toujours mais souvent passent leur chemin. Il était viscéralement « non-fumeuse ». Elle était passionnément « brun-ténébreux ». Les regards firent leur travail de regards et les phéromones leur travail de phéromones. Jusque là, tout allait comme il fallait. Bien. Tout allait bien. Les corps s'attiraient donc, et les ombres se touchèrent les premières. Mais les aimants ne faisant pas forcément des amants, la danse s’arrêta net. Les doigts multicolores du gant de la main droite avait pris... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 septembre 2013

Le rural se rebiffe

Mon texte d'hier a suscité des commentaires si riches et intéressants que j'ai décidé de les remettre en première page aujourd'hui. Première information : "le rural" a Internet. Deuxième information : faut pas trop le titiller car il a vite fait d'aller chercher la fourche dans la grange et de vous la planter sur votre clavier sans ménagement. Et bien sûr, il a raison de le faire. (Photo Didier Jacquot) Commentaire d'Eric : Bon, avant tout il est évident que je me suis empressé de faire suivre cet écrit à la mairie de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 septembre 2013

Un rat des villes dans les champs

Un jour de "vert" ça va ! Trois semaines de "vert"... Une mission familiale, que certains osent appeler "vacances", m'a fait séjourner dans le Périgord. N'importe quel Britannique m'envierait. N'importe quel bobo stéréotypé aurait chaussé mes espadrilles. Eh bien moi j'ai fait mon ronchon ! Certes la région est sympathique et sereine. C'est joli. On y mange bien. Voilà. Une fois qu'on a dit ça, il n'y a plus rien à dire. Et surtout, rien à faire. En trois jours on a compris l'endroit et on aimerait aller voir ailleurs si l'herbe... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 septembre 2013

Le ballon de foot

Comme une extension de moi-même, le ballon accompagnait mes treize ans sans interruption ou presque. Toujours à quelques enjambées le jour. Au pied du lit, la nuit. Sur le chemin de l'école, il passait le relais à ce caillou qu'on décide d'emmener jusqu'au portail, coup de pied calculé après coup de pied calculé, ce caillou qui nous désespérait lorsqu'il s'engouffrait dans les égouts. On en trouvait un autre mais on se sentait infidèle. Au retour, le rituel était le même. Mais là, le coeur n'y était plus, le caillou, vulgaire ersatz,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 septembre 2013

Il a fini par...

Il a fini par m'appeler. Six mois de silence inquiétant. Il y avait bien ces SMS qui arrivaient de façon irrégulière. Tantôt abscons, tantôt ésotériques et toujours alarmants. Mal, le gars va mal. Depuis longtemps et la pente ne change pas de sens.Je le savais au bord de la fenêtre avant l'été. J'ai fait ma part mais, à distance, ma part est fine. J'ai fait comme j'ai cru bon de faire, ni trop compatissant, ni trop rebooster. Je me dis que c'est déjà ça. Mais six mois au bord d'une fenêtre à se pencher puis se retenir, à faire le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2013

C'est la rentrée des marronniers

Les cartables vont-ils encore être trop lourds cette année ? Et les marronniers dégoulinants ? L'information nous fera-t-elle du copié-collé dans le caniveau ? Et les résolutions seront-elles jumelles de leurs aînées, page blanche puis lettres mortes ? Les septembre se suivent et se ressemblent comme gouttes d'eau d'automne. Une ride de plus au front de nos cerveaux et quelques neurones en moins, mais le chemin des écoliers reste chemin tout tracé. Pendules égreneuses de temps conventionnel entre barrières confortables et rassurantes,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

31 août 2013

Les platanes

S'il est un arbre que je n'aime pas, c'est le platane. Et ce n'est pas pour son côté assassin passif. Parce qu'après tout, c'est plutôt lui la victime des automobilistes. Enfant, j'empruntais plus facilement le chemin des pommiers que celui des platanes, pourtant plus court, pour me rendre à l'école. Et pas seulement à cause des pommes. Je sais pourquoi maintenant. Cette écorce qui s'écaille, c'est dégoûtant, on dirait de l'eczéma. Du boulot, si je puis dire, pour les dermatos des végétaux. Je n'aime pas ses feuilles non plus. Elles... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 août 2013

Rentrée avec les pieds

Après deux mois d'été de "rediffs" ou de mini-billets paresseux, mais quotidiens comme le veut la charte de ce blog, considérons ce jour comme la rentrée. Il se trouve que dès la semaine prochaine, je débute ma dixième préparation à un marathon. Alors parlons-en. Redémarrons le blog en douceur et en courant. Je décide de reprendre mon plan d'entrainement habituel, appelé "plan seniors", s'échelonnant sur 10 semaines à raison de 4 sorties hebdomadaires, dont une longue le dimanche et une ou plusieurs courses-test. C'est pour la... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2013

La maîtresse de son fils

La maîtresse de son fils deviendra-t-elle la sienne ? Ils s’étaient rencontrés dans un supermarché au rayon des fournitures scolaires. C’était vers la fin août et le temps n’était pas le seul à être lourd. Abruti par l’excitation de la marmaille à la recherche des outils ou cartables « vus à la télé » et agacé par la nervosité des parents, enfin, des mères, les pères étaient, là aussi, absents, Pierre allait jeter l’éponge quand… tout à coup, au bout du rayon, un soleil apparut. Une Soleille, devrait-on dire, la rosée,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2013

Il est paraît-il...

Il est, paraît-il, des gens normalement constitués, parfois même intelligents… qui sont sur la ligne du temps et ne la regardent jamais du hautqui parlent sans lire mentalement leurs parolesqui n’écrivent pas virtuellement dans leur cerveaux, les mots entendusqui ne cherchent pas à placer le nom d’un lieu sur une mappemonde imaginairequi n’ont pas des regards à 360°qui ne raccrochent pas les wagons de la pensée entre euxqui reposent leur réflexionqui ne comptent pas mentalement leurs pas, leurs brasses, les marchesqui ne cherchent... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]