22 août 2013

La falaise

La falaise risque beau.L'eau, amie chère, assure solitude et foi.Devant l'illusion la boisson pêche l'heure.Signe du vent, l'ire slalome.Cerise meublée et apôtre vert goûtent le fruit de l'immeuble voûté.Plus tard, la mélancolie couche ses rayons dans l'appui.Stupide vérité et jongleuse catastrophe paradent.Furtivement, le souffle pleure.Le ticket jauni jaunit sans courage.L'Australie vide son bar quand l'idée se fait automobile.Plouf ! dit Shaekspeare et Peut-Être meurt.Source de nuit, le tic-tac toque.Misérable et joyeux, Apollon se... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 août 2013

L

Il est tard et pourtant tôt ce matin. La plume glisse grâce à son l.Le plinceau glissera avec un l en plus. Et s’il en avait deux, saurait-il s’envoler ?Le vide remplit le vide. Toile blanche et blanche toile.Page pleine et pleine page. Penne plage et plage penne.Tout et rien sont autant tout. Masse de vide et plénitude. Poids de joie.Silencieux son, fort de sa rupture. Celle qui viendra, plus tard.La goutte d’eau qui claquera grâce à ce l, limpide, sec et humide.Lettre de pluie, fraîche, venant du puits,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2013

Le café de la Place Saint-Louis

- C'est pour déjeuner ou pour boire un coup ? - Heu... on va prendre un verre. Parce que nous Mademoiselle, on prend un verre, on déguste, on ne "boit pas un coup". Demandez donc ça à ceux qui sifflent filles et litrons, qui tirent le vin ou les gonzesses, mais nous Mademoiselle on apprécierait un langage plus châtié. On aime le raffinement, la distinction et la simplicité. Votre belle robe ajustée fait donc illusion, votre démarche chaloupée, votre léger rouge à lèvres et votre sourire étudié cachent donc un langage de charretier... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2013

Dans la chambre de Voltaire

Jacques Vergès est mort. J'ai toujours aimé ces personnages insaisissables et fantasques, qui ne rentrent pas dans le moule, pas même celui de ceux qui ne rentrent pas dans le moule. Ce n'est pas leur volonté de choquer, leur provocation permanente, ni même, parfois, leur mégalomanie qui m'attirent. Pas plus que leurs revirements, contre-pieds incessants. Non plus leur façon de se mettre en scène et de jouer de l'image. Non, ce qui me plait avant tout, c'est leur faculté, qui est force et intelligence, détachement et élitisme, à se... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2013

Le cliché assumé

En lecture comme en écriture, le cliché appuyé a une saveur exquise. Il crée la complicité second degré et consciente du trait grossi en même temps que le rire franc et intelligent.  
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2013

Electrosentimentalogramme

2013 Bois Acrylique 33 X 26
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2013

Critiquer

Critiquer consiste à exercer son sens critique. Critiquer est salutaire. Critiquer est une bonne chose. Critiquer est constructif. Seulement voilà, le sens du mot est détourné dans le langage courant. Plus question d'analyse intelligente, d'examen méthodique, de remises en question honnêtes, d'arguments partageables ou d'appréciations objectives. On utilise souvent le mot "critiquer" en lieu et place de dénigrer, de blâmer, de médire ou d'invectiver. La différence est pourtant grande entre faire une démonstration et exprimer un... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2013

La paix des anges

Un jour j'ai posé mes valisesSans savoir que je le faisaisComme une tentation de VeniseQui s'ignorait J'ai découvert une TamiseSur la Promenade des AnglaisEt beaucoup de vagues surprisesSur les galets Inattendue Terre PromiseA quelques pas de l'ItalieGâteau cadeau d'une ceriseComme ode Vie Il n'y avait rien sur le papierQui objectivement m'attiraitIl y avait même dix mille clichésQui m'inquiétaient Alors le temps a obéiAux ambitions qui me hantaientJe suis devenu mon amiEt c'est parfait La vie m'apprit que l'herbe verteComme... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2013

La paresse intellectuelle (2008)

Voilà ce qu’on voulait : un monde "sans prise de tête". La réflexion, ça fatigue, le questionnement, ça complique et le doute ça fait douter. Je crois que cela a commencé avec Bernard Pivot.Dans les années 80, un virage fut pris. On avait le droit de revendiquer la distraction, la détente et le laisser-aller. C’était même bien vu, dans l’air du temps. Et les gens sérieux avec des ambitions plus élevées n’étaient plus que des snobinards prétentieux.Le présentateur d’Apostrophes avouait ses passions footballistiques et culinaires.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2013

La déception

Il y a bien une façon de ne pas être déçu par les autres. C'est de n'en attendre rien. Mais la misanthropie guette.Aussi, on laisse encore une chance, et encore une autre et encore une autre. On se dit responsable d'avoir trop rêvé, idéalisé, imaginé.Pourtant, on avait bien pris la précaution de se faire tout petit, de prendre l'autre comme argent comptant, de ne rien interpréter, de faire l'enfant, l'innocent. L'autre savait. L'autre était.Nous avions tout à en apprendre. Au diable nos préjugés et nos premières impressions. Nous... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]