07 août 2013

Une rencontre

Il vit bien que la silhouette flirtait avec la perfection. Mais le soleil dans les yeux l’empêchait de distinguer dans quelle catégorie classer la passante. Une fois croisée, il se retourna. Comment faire autrement ? Mais trop tôt. Son ombre le trahit. Elle vrilla devant les pieds de la jeune femme. La physique était impitoyable. L’ombre obéit à la lumière. Inévitablement. Grillé ? Qu’importe ! La chut de reins imposait le silence. Il se tut. Bouche bée. "Or" Catégorie pensa-t-il. C’était classé. La main balayeuse ajusta... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 août 2013

Un trottoir

Un trottoir sentimental et bas de plafond calcule en temps réel les caresses bipèdes d'une époque servile fuyant, immobile, le destin plastique d'une écologie polluante investie par les bourses de politiques horizontales. Un trottoir romantique et dépressif féminise le mâle. C'est bien. Un trottoir glabre répond à côté aux questions existentielles et insipides de couches populaires anti-fuites sur le chemin infini d'une impasse impaire. Un trottoir roulant coule. Un trottoir expressionniste touche le jackpot de camarades... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2013

Approfondissement/élévation

De la même façon que la simplicité est le fruit de la complexité, c'est l'approfondissement qui permet l'élévation.    
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 août 2013

Ma photo de la semaine

Juste pour montrer à quel point mon appareil photo est encrassé. Du coup, je ne sais pas s'il y aura encore une "photo de la semaine" dimanche prochain.
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2013

Ô que j'aimerais... (1984)

Ô que j'aimerais distribuer cette énergie qui coule de la tête au plexus, du plexus au soleil, du soleil à mon sexe et de mon sexe au vôtre.Ô que j'aimerais vous arroser de ce feu qui me chauffe, de cette joie qui me porte, de cette clarté qui éblouit, de cette force qui vit.Ô que j'aimerais partager cet instant de bonheur, de divin, d'éternel, de suprême, de vérité.Ô que j'aimerais vous porter sur mon dos, sans fatigue, sans efforts et vous mener si loin vers tous ces âges d'or, juste derrière la porte, sur le bord de vos lèvres, sur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2013

La nouvelle mère

Elle a le sourire sain et satisfait de la nouvelle mère fraîchement sortie de la maternité. Elle y est entrée un bébé dans le ventre et grimaçant, elle en sort un bébé sur le ventre et souriant. Ce sourire ne ressemble à aucun autre. Il vous est offert sans retenue, sans méfiance. Il vous dit la fierté et l'amour, l'épanouissement et la plénitude. Elle oserait, elle arrêterait tous les passants, leur présenterait ce beau bébé, car il est beau, forcément. On lui demanderait le prénom et on dirait que c'est un beau prénom. Mais, elle... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2013

La perfection

La perfection a une vertu cachée : elle est perfectible.  
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2013

Couleurs de juillet (2)

Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2013

Le mardi

Ah ! Le mardi. Il me plait bien celui-là.C'est le jour de l'efficacité. Il est plein, compact, solide, sérieux. Pas comme son voisin, le lundi tout en apparence, vitrine décor de cinéma, fermée en plus.Le mercredi, lui, c'est un ancien jeudi, un jeudi qui a fait la guerre. Il garde les squares, un bras en moins.Le vendredi, brrr... lui, je le déteste. Pas le droit de manger de viande. Il tire la langue et finit en plage. Il relâche les tensions et maintenant ôte les cravates. En un mot, il est... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 juillet 2013

Bonjour les vacances !

Je suis sûr que vous avez déjà passé des vacances ou quelques jours chez les autres. Les gens sont très gentils, ils vous accueillent, vous ouvrent leur intérieur et parfois même leur coeur. Comment leur en vouloir ? Pourtant, leur "chez eux" a des travers par rapport à la norme. La norme c'est "chez vous"' bien sûr. Vous êtes indulgents parce que c'est votre nature mais aussi parce que, quand même, vous êtes bien élevés. Cependant, il y a des détails qui vous donnent envie de les dénoncer (pas vos hôtes, les détails). C'est vrai... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]