13 mai 2016

Loi de l'esprit

Avant de vouloir être journaliste puis écrivain, j'ai voulu être curé. Je le suis un peu devenu finalement en étant coach. Mais j'en ai fait des bifurcations avant de retrouver le chemin.Je me souviens que déjà je gobais avec avidité et béatitude les évangiles et ses leçons. Je me souviens aussi comme je repoussais les contraintes et les préceptes dictés. Le catéchisme de mon enfance, s'il me faisait rêver par l'imagination d'un absolu possible, me faisait fuir par ses contraintes rituelles et ridicules. On voulait déjà nous faire... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2016

La Puissance Optimiste

Le pessimiste pense toujours que l'optimiste fait semblant de l'être. Qu'il applique bêtement une méthode Coué de langage courant, qu'il "positive" ânonnant des mots dictés et qu'il se rassure par un pari stupide. Car, bien entendu, le pessimiste se croit dépositaire de la lucidité. Celle qui fait voir le monde et la vie sans lunettes colorées. Sa besace est pleine d'anecdotes, de faits historiques et de vérités éclairantes. Ne pas admettre l'évidence, c'est avoir le déni des poltrons, pense-t-il.Le pessimiste est dans la... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mai 2016

La relativité molle

Depuis quelques temps, une tendance à évoquer la relativité en toutes circonstances se répand dans les esprits. Fièrement affichée et revendiquée cette relativité donne à ceux qui la serinent des allures de tolérance et d'ouverture d'esprit modernes, si j'ose dire, en tous cas qui se veut en opposition à des règles ancestrales et manichéennes qui ont eu cours longtemps. Mais il en est de la tolérance et de l'ouverture d'esprit comme de toute chose. Appliquées à l'excès, elles finissent par être contre-productives. Le dénoncer est... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2016

Pauvre Martin

Au bout du bout du compte, vers qui ira, ou aura été, notre admiration, la plus grande, la plus indiscutable, la plus purement vraie ?Sans doute vers, ceux, grandes âmes de l'ombre, qui n'auront fait ni vagues ni cabrioles. Ceux qui refuseraient même, s'ils le pouvaient, un hommage posthume semblable à celui rendu aux "Justes". Les coulisses habitées et l'ombre lumineuse resplendissent de l'intérieur des coeurs sains (à qui on ajouterait volontiers un "t" mérité si l'on n'avait pas peur de trop se spiritualiser).Ils font, ils sont,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2016

Dans le ventre des sensibles

Dans le ventre des littérateurs, il y a la glaise du devenir. Matériau porteur d'espoir et de cathédrales à bâtir. Écrire des mots de terre malléable et en faire des portées s'élevant de leurs hampes vers des cieux prometteurs imprimés et reliés comme horizon coud ciel et mer, est un acte abdominal. Terrassiers aux mains propres, ils plument et ils truellent sans bien différencier l'abstraction du réel. Cracheurs de flux, ils s'arrachent le dedans et s'abîment la santé à monter des parpaings à l'horizontale. Les entrailles des... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2016

La mission de vie

Titrer "La Mission de vie", c'est déjà faire fuir une bonne partie de lectorat potentiel. Un parfum de religieux vient de passer devant les narines des plus sceptiques et faisant coller la résonance du mot mission à des schémas intégrés et solidement ancrés, ils fuient le catéchisme pressenti. Avoir une mission de vie ne semble pas une évidence pour tout le monde. Comme nous l’avons vu dans l’idée d’apprendre à vivre, cela paraît même superflu et même saugrenu à ceux qui vivent sans conscience, ceux qui vivent sans se regarder... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2016

Dormire Tomobile

Le monde est un vaste centre commercial qui récupère le besoin de paraître et de montrer des esprits paresseux et majoritaires pour en faire des missionnaires d'une consommation ridicule et vaniteuse. On vend du clinquant et de la référence pour permettre aux médiocres de s'enduire de fausse culture.J'ai vu Klimt décliné en parapluies, coussins et nappes, des draps de bain imprimés de Van Gogh, des portraits de Rimbaud sur des fringues hors de prix. J'ai vu des partitions de Mozart transformées en stores immondes. J'ai vu du bleu... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 avril 2016

A pleine Joie

Décliner la Joie à toutes sauces sublimantes n'aurait aucun intérêt s'il s'agissait de motiver les foules ou de vitaminer sa machine à vivre. L'énergie, l'ambition, la passion, la puissance et la philosophie ne sont pas que des mots supports à une exaltation présentable et gratifiante.La Joie ne mériterait pas une ligne si elle n'était qu'incantation, rêve ou espoir. La Joie, la vraie, ne doit sa force et sa place au firmament qu'à son statut de Résultat, de cadeau pour le dire autrement, d'un investissement antérieur. C'est... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2016

Apprendre à...

Je me suis laissé dire que d'aucuns n'envisageaient pas d'apprendre à vivre, que leur attention n'était pas en permanence tournée vers l'idée de trouver les moyens d'appréhender au mieux l'existence.Pourtant qu'il s'agisse du rapport à soi ou aux autres, de stratégie ou d'ambition, aucun d'entre nous n'a été doté de la science infuse. Aussi, l'enregistrement des expériences, l'acquisition de nouveaux outils, l'observation de situations et l'apprentissage d'actions et pensées appropriées, sont indispensables pour rendre une vie plus... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2016

Vienne : mon 15ème "premier marathon"

Pour mon marathon de printemps, j'avais choisi Vienne. Comme souvent, l'idée d'associer un peu de tourisme au plaisir d'ajouter un nom de ville à ma liste a compté dans le choix. Après le surréaliste Marathon de Tanger, j'ai voulu partir vers des contrées à la réputation d'organisation forte. Ce fut le cas. Et contrairement aux échos du marathon de Berlin, ici tout était millimétré, parfait et souple. Comme quoi, on peut être rigoureux en douceur.42 000 participants, c'est beaucoup. Malheureusement, comme partout aujourd'hui, c'est le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]