06 avril 2016

Une philosophie dynamique

Une philosophie figée, statique n’aurait aucun intérêt. Il s’agirait d’une doctrine établie à prendre ou à laisser. Le temps finirait par faire son œuvre et les disciples par s’ankyloser. Qui n’avance pas recule et la mousse le disputerait aux racines noueuses. Une philosophie digne de ce nom doit être remuante, souple, en mouvement. Cela n’empêchera pas le philosophe d’affirmer une opinion, de façon très assurée même. Il pourra passer pour un provocateur, surtout s’il n’a pas enveloppé son propos de moult formules de politesse,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2016

La Puissance d'Exister

La puissance d'exister est une association de mots qui, en soi, est déjà un accélérateur d'énergie incroyable. La lire, l'écrire, l'entendre,  c'est lui donner corps et sens. On y met du ton, de la force et du ventre sans le vouloir. On y appuie sur les pleins, on s'envole sur les déliés, et le clavier se doit d'être solide s'il veut transmettre l'énergie que l'expression procure. On s'emplit de sonorités engageantes et solides, explosives et vivifiantes.La puissance d'exister, a cependant autre chose que le pouvoir des mots.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2016

Nouveau massage

Lorsque ton dos masse mes mains  Le sable remonte le sablier  Le soir retourne vers l'été  L'espace et l'air se glacent hier  Galaxie de grains de café de dos  S'amuse à aimanter  Empreintes de doigts satellisés Le beau m’amalgame  L’huile a donné le la La main a trouvé son dos Massage sans âge Et sans ambages Pianote horizontal De caresses sages En pétrissages De tendresse rage En amour sauvage Passionnel palpé Enroule au printemps Une peau vespérale Aux allures boréales ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2016

La bêtise de l'intelligence

Je n'en finirai pas, n'en finirai jamais de me heurter à la bêtise de l'intelligence.De quelques racines prometteuses, ils ont fait des montagnes de guimauve. De quelques lueurs reconnues, ils ont fait des feux de cheminée factices et stéréotypés.La bêtise de l'intelligence, est bien plus condamnable que l'imbécilité aveugle et la crasse protectrice, parce qu'elle est coupable de faire de la merde avec de l'or, du bruit avec un violon, de la niaiserie avec des mots.L'effet de troupe, de groupe étale l'émotion partagée, vulgaire et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 19:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 mars 2016

Road trip papy (ou L'adieu à Doué)

J'aime les voyages quand ils sont mission. Celle-ci avait des parfums d'antichambre d'ailleurs. Un road-trip se préparait, d'un far-west hexagonal triste comme l'hiver à des rivages ensoleillés, au seuil du printemps. Il s'agissait de tendre un élastique autoroutier pour accrocher un vieil homme trop tendre à une côte d'azur et de retrouvailles, de familiarité et de mémoire. Un clair logis l'attendait pour poursuivre un chemin plus doux et pourtant plus solitaire, sa compagne depuis plus de sept décennies était partie un mois... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2016

Justice, Vérité, Esthétique

Justice, Vérité, Esthétique... et tout le reste est littérature.Cette affirmation péremptoire est assumée. Elle ne fuira pas pour autant l'argumentation. Il faut dire que le champ d'influence de cette triade est si vaste, qu'elle pourrait tout englober. Alors, plutôt qu'être une affirmation réductrice, voyons-la comme révélatrice d'une saine organisation du Tout.L'Homme accompli, déjà évoqué, s'il mérite son nom, a cheminé avec persévérance pendant assez longtemps, une grande partie de sa vie, par monts et vallées et toujours en... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2016

J'ai mangé du lilas

J'ai mangé du lilas, un soir de rage. Des mots parfumés ont venté poésie au coeur des embouteillages. Les feux mauves ont troublé les prisons intérieures et soufflé sur les nerfs des techno-praticiens. La tiédeur d'un printemps innocent faisait des petits aux femelles en couleurs. On a réveillé les poésies d'enfant pour bétonner les espaces de rimes bourgeonnantes. Les cervelles encrassées se firent pâté de tête aux accents graves. Les egos retournèrent leur bêtise sur des ventres coupables. Et l'unique lueur de lucidité des médiocres... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 février 2016

Incommensurable misère

Que c'est misère les yeux fermés de force ! Que c'est misère d'aimer oeillères ! Que c'est misère de détourner regard ! Que c'est misère ! Misère.Pédaler pour creuser comme autruche en peloton pour échapper à l'échappée, couardise de victime volontaire. Misère.Batifoler du haut du corps, marionnette agitée au fond décor, désarticulée quand rideau tombe. Misère.Vernis éclairé, artifice aguicheur, se ride plus tôt que l'heure de querelles intérieures. Misère.Divers divertissements pour diversion salvatrice oublient l'heure du gong des... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2016

Palingénésie

Après deux ans, la galerie rouvre ses portes : Toile Acrylique  50 X 100
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2016

La Joie

La Joie devrait porter majuscule. Et pas seulement le dimanche. Elle est tellement structure qu’elle n’a nul besoin de se vêtir. Le verbe avoir ne lui sied pas plus que fanfreluches et feux d’artifice. La Joie est. Et quand elle est, le bavardage, et même la littérature, n’ont plus leur place. Et pourtant, communiquer reste notre lien d’animal social. Et, on finit par se résoudre à partager de manière prosaïque, ce sentiment de plénitude intense qui ne tient sur rien de tangible. Des mots vont servir de pont, chapelets de lettres... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]