12 octobre 2012

Au ralenti

Ils sont là, au-dessus des boites à lettres de l'immeuble. Ils sont trois. Dans chaque boite il y en a un autre : des annuaires, des bottins, des pages jaunes. Vous connaissez encore des gens qui cherchent un numéro de téléphone sur un annuaire fait en arbre ? Pas moi. Des années que cette comédie dure. Laissons de côté les platitudes concernant le développement durable, laissons de côté l'activité commerciale des vendeurs d'encarts et intéressons-nous à la difficulté qu'ont nos contemporains à être toujours à la traîne dans... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 octobre 2012

Solange

Je n'avais pas prévu cette publication, mais, puisque le billet d'avant-hier, "L'adolescence des vieilles") a eu beaucoup de succès(nombre de visites triplé), je vous sers  un texte écrit bien avant le précédent et déjà publié ailleurs. On verra qu' on peut faire des choses bien différentes d'une situation de départ voisine.   Solange avait, depuis peu, la soixantaine adolescente. Pas de ces retours de jeunesse assumés. Non. Plutôt une excitation inconsciente et effrénée vers des limites toujours repoussées. ... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 octobre 2012

Doux et intransigeants

Rien n'empêche d'être doux. Rien. Soyons doux les uns envers les autres. L'effort serait même de ne pas l'être. Mais... comme pour se protéger, comme pour ne pas laisser apparaitre une faille, comme pour montrer qu'on ne nous la fait pas, on n'ose pas être doux ; ça c'est la formule habituelle. Mais la vérité c'est que certains n'osent pas être doux. Ils sont sur leurs gardes, tant ils sont persuadés que la vie c'est une compétition, que la douceur est une faiblesse qui sera aussitôt exploitée par l'autre, la partie adversaire... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 octobre 2012

L'adolescence des vieilles

Elle fait des efforts de toilette mais ses goûts de chiottes sont contre productifs. On lui a dit d'oser les couleurs et la voilà qui marie le mauve et le vert. En croyant se rajeunir, elle se vieillit. Voilà ce qui arrive quand on fonctionne en primaire. Car quoi de plus flagrant qu'un artifice aussi parlant ? Entre la jeunesse qui se découvre et la vieillesse qui se grime, le plus abruti des passants saura tirer le groin de la vraie. Elle est de celles qui ont du retard à rattraper comme si la vie venait seulement de leur donner... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 octobre 2012

Tous transversaux ?

Etonnant paradoxe de constater qu'en ce qui concerne la politique au sens premier, l'organisation de la société, nous sommes presque tous plus transversaux et qu'en même temps les plus radicaux se radicalisent. Je m'explique. Grâce à la vitesse de l'information et à la multiplication des média, les débats d'idées se multiplient et nos connaissances s'en voient enrichies, comme nos certitudes revisitées. Les sujets de société sont décortiqués facilement. En recoupant les informations on a vite fait de devenit moins manichéens. Et... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 octobre 2012

Clarté

Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 octobre 2012

Moi je t'offre ce monde (chanson sans musique)

Moi je t’offre ce monde Où le « taire » est terre à terre Où le « dire » nous fait grandir Moi je t’offre ce monde Où le « faire » fait pas l’affaire Où les êtres sont de « l’Être » Moi je t’offre ce monde Où « l’avoir » va à vau l’eau Où « l’hier » n’a pas de prise Moi je t’offre ce monde Où l’humain est le plus beau Où l’instant est la cerise Moi je t’offre ce monde Où la joie c’est permanent Où présent veut dire cadeau Moi je t’offre ce monde Où la foi... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2012

L'assassine

La Smart n’hésite pas. Elle est en double file, comme chez elle. Habituée du lieu, elle ne baisse pas les yeux, elle brille, sans scrupules. Comme un chasseur de grand palace, elle ouvre sa porte avec délicatesse. Deux jambes longues et fines s’éclipsent en un mouvement de ciseaux destiné à couper le souffle du passant. Les ballerines au sol, le touchent à peine. Tout là-haut, la robe à pois verts et bretelles s’approprie la rue. Autour tout est flou.Le passant ne passe plus. Il se fige. Le tendon d’Achille fin et délicat anesthésie... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 octobre 2012

Les femmes sont plus belles dans les aéroports

Les femmes sont plus belles dans les aéroports. Et les larmes plus chaudes aux portes des embarquements. Plus luxueux qu'un quai de gare, le Terminal livre sa fonction en disant son nom. Les portes coulissantes guillotinent les couples et séparent les passions. Couple arrêt. Coupleret. Exécution... publique. Place de Grève, souvent des grèves. Pour pendre l'heure, l'air est grave. La sentence est toujours la même. L'un s'en va et c'est souvent le même. L'autre reste et c'est souvent le même. L'un aime et le dit. L'autre le dit... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 octobre 2012

De la difficulté du passage à l'acte

Il est courant de dire qu'entre la théorie et la pratique il y a  un monde. Ce n'est pas toujours vrai, mais acceptons l'idée. Au moins pour m'aider à faire une transition et un parallèle. C'est aujourd'hui plus souvent entre l'acceptation d'une idée et sa mise en application que je vois un monde. J'en veux pour exemple le plus flagrant la recherche de bien-être pour prendre un terme global. Nos relations humaines sont souvent décriées et chacun y va de sa solution afin de les apaiser. On appelle à l'aide philosophes,... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]