01 février 2016

un pinson menuisier

un pinson menuisier sur une branche nobiliairedortun garçon androgyne dans les bras d'un notaireflancheun ami oublié sur le fil du quantiquepleureun amour de vieillesse sur un lit d'hôpitalmeurt une musique synthétique dans les rues de Créteilfileune passoire en plastique sur l'évier extérieursècheune étoile en carton sur un tas de fumierbrilleune sirène à deux balles sur l'estrade de la viedanse des enfants sans couleur dans une cour en bétonjouentdes amants éphémères dans un train de banlieuesaventdes ordures répugnantes sur une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 janvier 2016

Une vie honnête

J’ai longtemps pensé que chacun vivait en conscience et en recherche du mieux en permanence. Lorsque j’écris longtemps, il faut l’entendre et le traduire en demi-siècle. Ce n’est pas rien ! Aucune révélation soudaine ne m’a ouvert les yeux. C’est surtout la récurrence, puis la somme des déceptions qui ont fini par m’alerter. Certes, je sais, aujourd’hui, qu'il n'en est rien, mais pour parler franc, je ne me résous pas à y croire complètement. Trop peur de ne pas supporter cette inanité, sans doute. Mes excès d’ambition... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 janvier 2016

Contraste

Confortable dans son inconfort. Heureux dans son malheur. Terrain connu qui rassure. Immobilisme qui arrange. Vie courbe infinie. Vie courbée finie. Laisser aller. Laisser couler. Dégouliner.Cercle d'amibes. Abîme centrifuge. Cadrage fossilisé. Miroir de passé. Tiroir mité. Toile d'araignée. Photocopie recyclée. Point de croix digitalisé. Service vomi. Rendu sclérosé. Arthrite partagée. Grincement refrain. Vie fétide. Mousse cocon.Graisse. Champignon. Pourriture. Bactérie. Putréfaction. Déliquescence. Mouvement salvateur. Changement... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Une spiritualité rationnelle

Par les temps qui courent, il est assez difficile de faire passer l’idée d’une indéfinissable ressource intérieure à disposition, en évitant la niaiserie de l’irrationnel sans basculer dans la froideur de l'hyper-rationalité. Persuadé que certaines lois naturelles remontent peu à peu du fond d’un ésotérisme coupable vers une réalité scientifique qui attend validation,  je suis de ceux qui s’en servent. Nous les avons testées. Nous les savons efficaces. Mais, l’idée de les partager ou d’en faire, au pire, du prosélytisme, nous... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2016

digne

Passion éclaire vie saine et cicatrise horizonLimpideGoutte do symphonique claque sur fond maralpinD'hiverBras ouverts sur baie-enveloppe chauffe et rafraîchitSensuelleBlanc sucré vire bleu salé au balcon sud-estSol airÉglises clochent l'heure et un coup tonne pour douzeEnsembleBronzage par vitres et peau atteint coeur et cerveauToujoursPuissance du feu des tripes invincible et vaillantL'emporteTranquille liberté récompense vie honnêteUn jourConscience propre et légance élève digne sage et droitCadeau
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2016

Les assis

On passe sa vie à fuir, ou combattre, ou éviter, ou subir ces gens-là, les assis, ....on ne fait que ça finalement, dans chaque action. Lorsqu'on se demande si celle-ci est éthique, cohérente ou ambitieuse, universelle et généreuse ou bassement égoïste et personnelle. On se pose la question, on arbitre et hop, on essaie de choisir le camp de l'évolution, en conscience, à éliminer le camp de ces gens-là, des immobiles, conservateurs reproducteurs, cossards de moteur neuronal, ceux qui confort et apparence, bien-pensance et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 janvier 2016

Avant-propos

Il est toujours plus facile d'écrire sombre que d'écrire gai sans écrire niais.Aussi, quand on s'apprête à se lancer dans l'élaboration d'un ouvrage synthèse d'une philosophie personnelle plutôt optimiste et ambitieuse, on a quelques difficultés à démarrer. Prôner la joie dans un champ d'atrocités, c'est prendre le risque du procès en illumination. Les précautions préliminaires passeront pour des justifications inutiles et une réponse lumineuse à une lucidité noire, serait aussitôt jugée incohérente.Et pourtant, il en est bien qui... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2016

De l'ambition et de la cohérence

Vouloir être Chateaubriand ou rien, vous prédit un avenir et un succès hors du commun. Avoir de grandes ambitions est un minimum pour tout vivant qui se respecte. Nul doute que le Père Hugo, au-delà de sa formule, a fait ce qu'il fallait. Car, il ne suffit pas de vouloir, il convient de faire. Laissons à ceux qui n'ont que des rêves, le soin de s'en tartiner l'égo, et avec foi, sur le métier éprouvons notre courage.Faire, c'est penser, réfléchir, s'organiser pour. Et, aussi, recommencer, se critiquer, exiger de soi-même la perfection.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2016

Des airs de fin de dignité

Le monde, surtout chez nous, en France, prend un malin plaisir à vouloir me donner raison. Cela me flatte et m'étonne. Depuis que j'ai décidé de construire ma grotte aux confins de ce qui tourne sur place, et pas très rond pour tout dire, la toupie s'accélère et me renvoie, par effet centrifuge au plus loin chaque jour. Tant mieux. Ainsi, ma complicité, aux grincements de la mécanique rouillée et des mélodies sombres sur le fond et acidulées pour la parade, diminue. Mais, peut-être n'est-ce que mon lieu... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2016

Je vous souhaite...

Je vous souhaite de l'intelligence.Je n'ai pas trouvé mieux. Car il n'y a pas mieux. J'ai exploré l'histoire et les tréfonds de l'âme, le sordide et le merveilleux, l'éthéré et le paléozoïque, et j'ai rendu mon âme à deux cerneaux de noix, bien nichés sous un crâne et qui sont tout mon moi.Vous avez beau me dire qu'animal je suis, je n'en crois qu'un demi-mot. Vous pouvez me prouver que des tendons se bougent hors de ma volonté, je suis sourd à vos mots. J'ai épousé ma tête par tous les pores de peau et décidé tout seul de ce que... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]