31 décembre 2015

Podium Billets 2015

Liens vers les billets du blog les plus lus cette année : 1. La misère intellectuelle est une catastrophe 2. La résistance à la frustration 3. Je vais bientôt mourir
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2015

La bêtise, encore

L'émotion n'est pas trop mon domaine. Je suis plutôt du camp de la sensibilité et de la rationalité. Aussi, lorsque l'époque m'offre des insensibles fardés de bons sentiments, défilant, leur cœur en bandoulière et leurs blessures apparentes, j'ai quelques velléités à rejoindre le camp des désabusés. Car quoi ? L'émotion étalée ferait la souffrance stoïque ? L'important serait l'image et le retour du miroir social ? Si c'est le cas, c'est pur égoïsme. Inventons-nous des ennemis bien grossis, des griffes desquels on serait sorti,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 décembre 2015

La corde des insensibles

On aura passé sa vie à jouer sur la corde des insensibles.Espérant en faire sortir un son, sinon pur, au moins sincère.En vain.Aucun son, ni mélodie du ventre ne sortirait jamais. Tout au plus, une fausse note de pipeau.Du pipeau.On ne savait pas. On ne pouvait pas savoir.Les ordures s'étaient déguisées. Agents doubles. Fourbes sans vergogne.On devrait mieux choisir les violons dans lesquels on pisse. On aura passé sa vie à croire que le champ des autres enfantait les mêmes fruits.Marché de dupes.Spolieurs de coeurs purs, ils... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 décembre 2015

Présent de l'instant

Et nous irons des paquets plein les bras festoyer au son d'une ritournelle sirupeuse, ignorants du regard que nous porterons après-demain sur notre regard de demain.La machine à récurrence ne chôme pas. Les foules s'abreuvent au même tonneau. Soûlographie salvatrice d'estomac du plafond vide, ivresse des surfaces.Complices de cortège funèbre où l'on joue tous les rôles. Goutte d'eau de Panurge faisant troupeau torrent, apprentis voltigeurs, Icares nickelés.Le calendrier bégaie et tourne sur lui-même. Il encrasse les artères et creuse... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 décembre 2015

On oubliera nos morts

On oubliera nos morts. Comme on oublie les vivants.A peine le dos tourné, on se redressera l'orgueil, on présentera le torse à la première décoration qui fait des guili-guilis dans le ventre et on enflera du melon.L'important, c'est le projecteur, pas l'ombre qu'il fait. La parade réchauffe et le show go on.On reprendra nos réflexes possessifs et notre prurit consommateur, la tristesse du vernis et le désir festif.On devait changer le monde et on poussa des caddies, boucliers protecteurs. On devait se changer soi et on fuit... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2015

Je quitte Facebook

L'air du temps a des limites et s'accrocher au fil du vent finit par faire mal aux bras. On mourra dépassé, l'essentiel étant de repousser l'échéance le plus loin possible. Mais, s'accrocher pour s'accrocher, au point d'en perdre sa lucidité, relève du ridicule et du combat d'arrière-garde révélateur d'une dégénérescence ignorée, et pour cause, elle juge de son propre état.Il faut savoir s'arrêter à temps, les albums de la sénilité sont d'un pathétique à s'immoler sur le champ, même en tant que spectateur. Aussi, il convient de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

05 décembre 2015

Passé conditionnel

Il aurait fallu qu'à l'orée du monde, les prophètes ne soient pas exception, que par temps d'orage, les vaillants donnent l'exemple, que les saints et les saintes brillent de leur vivant.Il aurait suffi qu'en allant vers les tombes, on se dépouille au lieu d'amasser. Qu'on sème dans son âme de quoi se donner les moyens d'être pauvre, cultivant le champ de notre intérieur, sculptant le corps de l'esprit sain.Mais, la boue s'accroche à la boue plus aisément que la joie s'accroche à la joie. L'attraction terrestre joue aussi bien sa... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 16:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 novembre 2015

Coup de baguette tragique

Pensée triste.Et tristes pensées. Triste pensée. La circonstance guide. L'émotionnel soude.La communion fait tenir debout. Tuteurs, les uns des autres. En liens sociaux. Anesthésie générale. L'instant triomphe et la foule a raison. Et pi, Derme alors ! Tics de peaux agacées. Griffes de pores dérangés. La haine, c'est de l'amour. L'amour, c'est de la haine ?Guerriers confort. Troufions standards.Totalitarisme terrifiant. Pensée Commune. Triste. Mouton noir sacrifié.Intelligence et raison ostracisées.Symboles sécheurs de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2015

Automne malade et abîmé

Automne malade et abîmé tu mourras comme mourut janvier dernier. Comme un vol d'étourneaux de Panurge aériens, qui vire et volte au mouvement du voisin, les consciences faibles suivent. Et retourne le vent comme on retourne vestes, à vitesse de l'éclair qui assombrit le plafond de la vie.On ne se bat jamais que contre la bêtise après tout. Et la bêtise est forte, armée visible et souvent invisible, c'est selon, elle n'est jamais humble, elle parade, elle affirme, elle avance plutôt qu'elle ne pense.L'émotion communion fait plus peur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Marathon de tous les Tangers. Récit.

Pour faire plus simple, voici ci-après mon compte-rendu envoyé à l'organisation après mon Marathon de Tanger de dimanche dernier : "Tellement à dire !!!...Parcours annoncé jusqu'à 4 jours du départ non-conforme (il manquait 4 km). Après des échanges de messages insistants, on réussit à avoir un parcours dessiné et à la bonne distance. Sauf que... le jour de la course, il est de nouveau modifié. Village Marathon très succinct et informations très approximatives. On m'annonce 300 marathoniens quand nous n'étions qu'une cinquantaine. ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]