24 mai 2013 (59)

Jouer sur l'émotionnel en le mettant en scène, c'est ne pas respecter l'émotion. Faire du spectacle avec l'humanité qui est en nous est assez méprisable et le mot est faible.
Plutôt que de longs discours qui n'en diraient pas plus, je vais inviter la télévision à m'aider dans ma démonstration.

(Rappelons ce que tout le monde sait : la télévision doit faire de l'audience pour vendre des espaces publicitaires et se mordre la queue)

Alors deux exemples différents :
1. "Des paroles et des actes" France 2. David Pujadas recevait Jean-François Copé. On fait intervenir une chômeuse censée représenter la France d'en bas. Elle a du bagou, la langue facile et populaire. Elle vit dans la misère et en province. On l'a arrangée au maquillage, mais pas trop. Juste de quoi montrer que les petites gens ont aussi leur dignité. Parce que nous bien sûr, on ne sait pas que les gens sont dignes, on est bêtes, nous, on pense que les pauvres sont indignes, qu'ils ne méritent pas le respect. D'ailleurs, les nombreux rebonds concernant la séquence ont bien insisté sur la "dignité" de la dame. Ah et elle parlait peuple face à un homme politique qui passe pour un arrogant de surcroît. L'impact était prévisible et la masse a plongé. Terrible suite où on a vu chacun y aller de son respect, de son aveu d'avoir été touché par l'intervention sincère, spontanée, venant des tripes, etc. etc.
Procédé assez vulgaire et impudique à mes yeux. Et même, très injuste pour l'invité. (mais non, je n'ai pas choisi mon camp). Le mois dernier, on avait fait le même coup à Christiane Taubira en opposant à sa retenue de Ministre de la Justice, l'émotion d'une mère dont la fille avait été agressée par un récidiviste. Mais que voulez-vous que ces gens répondent à ces émotions ? On les met dans un étau. Obligés de compatir et en retour obligés de subir l'opinion exprimant qu'ils ne peuvent comprendre, tant ils vivraient dans un autre monde. C'est juste un peu "dégueulasse" de leur faire ça, pour en ramasser honneurs et audience, etc. etc. Je n'ai toujours pas choisi mon camp. Et s'il y en a un camp que je connais bien mieux que l'autre, c'est celui de la dame. Pour les producteurs, journalistes et manipulateurs d'émotions, qui font les malins, qu'ils n'oublient pas qu'eux aussi, à nos yeux, vivent dans un autre monde.
Tout ça pour dire que cette opinion que j'exprime ici, je ne l'ai entendue nulle part. Tous les moutons se sont précipités pour conforter les tendeurs de pièges dans leur imbécillité. C'est du politiquement correct et du populisme des plus outranciers... Mais on n'a pas le droit de le dire.

2. Depuis des mois, sévit sur le service public une émission que je trouve bien pire que la téléréalité qui nous ravit lorsque nous regardons le zapping. Au moins aussi vulgaire et aussi racoleuse, elle aimante les bons esprits qui seraient plus sensibles, plus humains et plus fraternels que nous autres. J'ai essayé une fois pour me remettre en question et parce qu'on en disait tant de bien, même dans des milieux proches du mien. J'ai tenu un quart d'heure. J'avais honte d'autant d'impudeur et de voyeurisme. Sans compter l'imagination du montage, des techniciens, de la mise en scène, des repérages etc. etc. J'ai nommé une émission présentée par Frédéric Lopez. On fait voyager par surprise une vedette dans un pays lointain, dans des peuplades souvent primitives et on est censés comprendre ce que sont la vraie vie, le retour à la nature, l'altruisme et la générosité, en fait les vraies valeurs que nos egos auraient perdu depuis si longtemps. On en revient "changé", et même que si on verse une larme, on est encore récupérable. Mais si on critique le principe, c'est vraiment qu'on est devenu une machine. Bref, ce n'est pas regardable. Même sanction qu'au-dessus, populiste et dans l'air du temps, pour bien flatter ceux qui adorent payer leur redevance pour bouffer des trucs qui font bouffer des animateurs qui nous servent de la bouillie émotionnelle pour émotifs primaires et réactifs épidermiques. Le sensationnel pour bien vous saucissonner dans le subir. Des recettes indigestes avec des ingrédients qui, bien employés, pourraient rendre la liberté de penser et l'esprit critique à chacun. Manipulé consentant, c'est un choix. Je le laisse à ceux qui aiment ça.
Là aussi, je tombe des nues lorsque je vois l'unanimité autour de ce genre de programmes. Le pire c'est que celui qui se fait harponner pense qu'il fait un choix éthique qui l'oppose à la télé commerciale. Il croit choisir l'humanisme quand il est roulé dans la farine avec ses propres langes, c'est lui qui fournit l'onguent, pour ne pas employer un synonyme qui ne me ressemble pas.

L'émotionnel tue l'émotion et le spectacle tue l'humain. Le green-washing est plus sale que la pollution des fois.