29 avril 2016

Dans le ventre des sensibles

Dans le ventre des littérateurs, il y a la glaise du devenir. Matériau porteur d'espoir et de cathédrales à bâtir. Écrire des mots de terre malléable et en faire des portées s'élevant de leurs hampes vers des cieux prometteurs imprimés et reliés comme horizon coud ciel et mer, est un acte abdominal. Terrassiers aux mains propres, ils plument et ils truellent sans bien différencier l'abstraction du réel. Cracheurs de flux, ils s'arrachent le dedans et s'abîment la santé à monter des parpaings à l'horizontale. Les entrailles des... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2016

La mission de vie

Titrer "La Mission de vie", c'est déjà faire fuir une bonne partie de lectorat potentiel. Un parfum de religieux vient de passer devant les narines des plus sceptiques et faisant coller la résonance du mot mission à des schémas intégrés et solidement ancrés, ils fuient le catéchisme pressenti. Avoir une mission de vie ne semble pas une évidence pour tout le monde. Comme nous l’avons vu dans l’idée d’apprendre à vivre, cela paraît même superflu et même saugrenu à ceux qui vivent sans conscience, ceux qui vivent sans se regarder... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2016

Dormire Tomobile

Le monde est un vaste centre commercial qui récupère le besoin de paraître et de montrer des esprits paresseux et majoritaires pour en faire des missionnaires d'une consommation ridicule et vaniteuse. On vend du clinquant et de la référence pour permettre aux médiocres de s'enduire de fausse culture.J'ai vu Klimt décliné en parapluies, coussins et nappes, des draps de bain imprimés de Van Gogh, des portraits de Rimbaud sur des fringues hors de prix. J'ai vu des partitions de Mozart transformées en stores immondes. J'ai vu du bleu... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 15:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 avril 2016

A pleine Joie

Décliner la Joie à toutes sauces sublimantes n'aurait aucun intérêt s'il s'agissait de motiver les foules ou de vitaminer sa machine à vivre. L'énergie, l'ambition, la passion, la puissance et la philosophie ne sont pas que des mots supports à une exaltation présentable et gratifiante.La Joie ne mériterait pas une ligne si elle n'était qu'incantation, rêve ou espoir. La Joie, la vraie, ne doit sa force et sa place au firmament qu'à son statut de Résultat, de cadeau pour le dire autrement, d'un investissement antérieur. C'est... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2016

Apprendre à...

Je me suis laissé dire que d'aucuns n'envisageaient pas d'apprendre à vivre, que leur attention n'était pas en permanence tournée vers l'idée de trouver les moyens d'appréhender au mieux l'existence.Pourtant qu'il s'agisse du rapport à soi ou aux autres, de stratégie ou d'ambition, aucun d'entre nous n'a été doté de la science infuse. Aussi, l'enregistrement des expériences, l'acquisition de nouveaux outils, l'observation de situations et l'apprentissage d'actions et pensées appropriées, sont indispensables pour rendre une vie plus... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2016

Vienne : mon 15ème "premier marathon"

Pour mon marathon de printemps, j'avais choisi Vienne. Comme souvent, l'idée d'associer un peu de tourisme au plaisir d'ajouter un nom de ville à ma liste a compté dans le choix. Après le surréaliste Marathon de Tanger, j'ai voulu partir vers des contrées à la réputation d'organisation forte. Ce fut le cas. Et contrairement aux échos du marathon de Berlin, ici tout était millimétré, parfait et souple. Comme quoi, on peut être rigoureux en douceur.42 000 participants, c'est beaucoup. Malheureusement, comme partout aujourd'hui, c'est le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 avril 2016

Une philosophie dynamique

Une philosophie figée, statique n’aurait aucun intérêt. Il s’agirait d’une doctrine établie à prendre ou à laisser. Le temps finirait par faire son œuvre et les disciples par s’ankyloser. Qui n’avance pas recule et la mousse le disputerait aux racines noueuses. Une philosophie digne de ce nom doit être remuante, souple, en mouvement. Cela n’empêchera pas le philosophe d’affirmer une opinion, de façon très assurée même. Il pourra passer pour un provocateur, surtout s’il n’a pas enveloppé son propos de moult formules de politesse,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2016

La Puissance d'Exister

La puissance d'exister est une association de mots qui, en soi, est déjà un accélérateur d'énergie incroyable. La lire, l'écrire, l'entendre,  c'est lui donner corps et sens. On y met du ton, de la force et du ventre sans le vouloir. On y appuie sur les pleins, on s'envole sur les déliés, et le clavier se doit d'être solide s'il veut transmettre l'énergie que l'expression procure. On s'emplit de sonorités engageantes et solides, explosives et vivifiantes.La puissance d'exister, a cependant autre chose que le pouvoir des mots.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2016

Nouveau massage

Lorsque ton dos masse mes mains  Le sable remonte le sablier  Le soir retourne vers l'été  L'espace et l'air se glacent hier  Galaxie de grains de café de dos  S'amuse à aimanter  Empreintes de doigts satellisés Le beau m’amalgame  L’huile a donné le la La main a trouvé son dos Massage sans âge Et sans ambages Pianote horizontal De caresses sages En pétrissages De tendresse rage En amour sauvage Passionnel palpé Enroule au printemps Une peau vespérale Aux allures boréales ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2016

La bêtise de l'intelligence

Je n'en finirai pas, n'en finirai jamais de me heurter à la bêtise de l'intelligence.De quelques racines prometteuses, ils ont fait des montagnes de guimauve. De quelques lueurs reconnues, ils ont fait des feux de cheminée factices et stéréotypés.La bêtise de l'intelligence, est bien plus condamnable que l'imbécilité aveugle et la crasse protectrice, parce qu'elle est coupable de faire de la merde avec de l'or, du bruit avec un violon, de la niaiserie avec des mots.L'effet de troupe, de groupe étale l'émotion partagée, vulgaire et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 19:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]