07 mars 2017

Moins le quart

Il était moins le quart. Il passa un bouton d'or sous son menton ; elle aimait le beurre. Salé, ajouta-t-elle. Nul n'est parfait. Ne pas juger, ne pas fuir. Ne pas en faire un critère éliminatoire. Elle aimait aussi le café long et tiède. Cela commençait à faire beaucoup, mais il insista. Il caressa son visage de deux mots d'amour jaunes et timides. La réponse ne tarda pas à venir. Elle bronza instantanément. Sa peau claire fit ressortir des îles de beauté et quelque rousseur d'émotion. La frange, store rayé de type balayage fit... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2015

La Lumineuse

Elle a posé la Corse sur l'horizon outre-mer, et fait la place à votre baluchon. Elle a ouvert plus grand que c'est possible, le rideau de sa cour pour partager jardin. Et sans un mot trop hâtif, malgré le temps pressé, elle a souri à l'instant de ses yeux turquoise.La Lumineuse ne compte pas les heures. Le clocher Saint-Hélène lui sonne qu'elles ne passent que par convention. Un coup de canon, quotidiennement, la rappelle au zénith, la ramène au zénith. Car, le temps n'est qu'un mot, comme jeunesse, comme vieillesse. Des mots. Et,... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2014

Violette et Dubonnet

Violette était comme une publicité Dubonnet. Elle avait eu son heure de gloire, s'affichant en grand format sur les pignons des pavillons longeant les nationales, ses couleurs vives attiraient les regards et sa peinture éclatante hypnotisait le voyageur.A la manière des séducteurs latins, c'est de bas en haut qu'on la découvrait. Elle explosait au visage de tant de fraîcheur et de promesses qu'elle décourageait d'entrée tant elle semblait inaccessible.Après quelques ravalements de façade, le temps décida qu'elle n'était plus rentable.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2014

Mathilde

"J'ai connu une Mathilde. Elle était un peu juste"L'expression est charmante. Beaucoup plus que Mathilde. On imagine un pied s'efforçant de rentrer dans un soulier trop petit. Un peu juste, dirait la vendeuse. Mais, la chaussure plaît et Mathilde insiste. Elle s'y sent bien, dit-elle. On visualise tout aussi bien, un cerveau esseulé flottant dans un crâne trop grand, se cognant aux parois, rebondissant et perdant, pourtant, de la vitesse à chaque changement de direction. Trop juste pour l'espace dédié. Et, trop tard pour le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 octobre 2014

Une tête à coups de boule

Il avait perdu la boule, et c'est sur un coup de tête qu'elle partit. Oh, ce n'était pas le premier. Mais, elle décida que ce serait le dernier.La dignité tuméfiée claudiquait un peu jusqu'au commissariat, mais, le courage vint avec la certitude absolue qu'il ne changerait pas. Il avait le front bas mais violent et la pommette gauche s'enfonça quelque peu, ébranlant le reste du corps, mais, remettant la raison à sa place ; ça fit comme un cliquetis métallique, un puzzle qui se serait construit d'un coup, sur le coup de trop.Pendant... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2014

Bambi est toute cassée

Tiens, c'est le soir des encombrants ! C'est ce que j'ai d'abord pensé. J'ai cru voir une vieille paire de skis et de vieux bâtons tordus posés contre le mur. En m'approchant, je distingue mieux. Il s'agit d'une longue femme dégingandée et squelettique, épaule écrasant l'immeuble, les genoux disloqués, une canne anglaise aussi incertaine qu'elle,  et le bras à demi-tendu vers les passants.Un, deux, trois, quatre. Quatre passants passent. C'est leur boulot. Le bras reste. Ce n'est pas son boulot. Aussi, quand l'instant me désigne... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2014

De la rage à la joie

Elles ont dû faire toutes les guerres de la vie pour être aussi fortes aujourd'hui.Elles sont belles, ou pas. L'ont été ou pas. Cela n'importe pas. Elles sont aujourd'hui, ce qu'elles sont. Elles sont. Et, ça résonne de partout, ça explose dans le champ comme chant mystique. Elles aimantent sans le voir et sans le savoir.Leurs cicatrices, visibles ou pas, leur servent de mémoire, car leur passé est passé. Il ne pèse plus.Fracassées et rayonnantes, elles sont sorties de la machine à broyer avec panache. Leur course et leurs efforts... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 septembre 2014

L'Arlésienne

L'Arlésienne existe. Je l'ai rencontrée.C'était un de ces matins d'été où l'on sent les conjonctions planétaires, viscérales et intimes, à leur heure. La même. Tout est prêt pour l'harmonie suprême et définitive. Le beau a rejoint le divin. Ils se sont fait l'amour et c'est nous qui récoltons. Sans peur et sans précipitation, nous rejoignons le tout pour l'alimenter. Des coussinets des pieds aux extrémités du chapeau, le parfait fourmille. Fruit du sublime, nous devons rendre la pareille. Alors, pas à pas, coeur ouvert, nous enfantons... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 juillet 2014

Bien blanche

La démarche est celle d'une reine active. Elle vous bloque le regard et vous fixe l'esprit. La reine est chargée. Surchargée même. Un cabas souple à droite laissant deviner la forme des victuailles jetées n'importe comment pour éviter de faire attendre la caissière. Un cabas de ceux qu'on froisse des doigts pour les faire rentrer dans la poche minuscule intégrée, une fois vides (la méthode K-Way a fait des émules). Du même côté, sur l'épaule, un sac à main de femme moderne, grande anse et grand format, c'est un sac de jour,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mars 2014

Les Marie composées

Le vent a tourné. Toutes les Marie au prénom composé prenaient bien soin, dans le passé, d'éluder la première composante de leur prénom. Aussi, nous avons tous connu des Chantal, des Christine et des Cécile qui trichaient. Je ne leur prête pas le snobisme des prénommées Raymonde se faisant appeler Chloé pour mieux grimper les marches de la gloire, ou la bêtise des Marylin issues des rangs des Micheline ou des Lucienne. Non. Pour les Marie, c'est plus compliqué. Les ravages de la religion, qui en a fait d'autres, n'ont pas de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]