03 mars 2016

J'ai mangé du lilas

J'ai mangé du lilas, un soir de rage. Des mots parfumés ont venté poésie au coeur des embouteillages. Les feux mauves ont troublé les prisons intérieures et soufflé sur les nerfs des techno-praticiens. La tiédeur d'un printemps innocent faisait des petits aux femelles en couleurs. On a réveillé les poésies d'enfant pour bétonner les espaces de rimes bourgeonnantes. Les cervelles encrassées se firent pâté de tête aux accents graves. Les egos retournèrent leur bêtise sur des ventres coupables. Et l'unique lueur de lucidité des médiocres... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 février 2016

Incommensurable misère

Que c'est misère les yeux fermés de force ! Que c'est misère d'aimer oeillères ! Que c'est misère de détourner regard ! Que c'est misère ! Misère.Pédaler pour creuser comme autruche en peloton pour échapper à l'échappée, couardise de victime volontaire. Misère.Batifoler du haut du corps, marionnette agitée au fond décor, désarticulée quand rideau tombe. Misère.Vernis éclairé, artifice aguicheur, se ride plus tôt que l'heure de querelles intérieures. Misère.Divers divertissements pour diversion salvatrice oublient l'heure du gong des... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2016

Palingénésie

Après deux ans, la galerie rouvre ses portes : Toile Acrylique  50 X 100
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2016

La Joie

La Joie devrait porter majuscule. Et pas seulement le dimanche. Elle est tellement structure qu’elle n’a nul besoin de se vêtir. Le verbe avoir ne lui sied pas plus que fanfreluches et feux d’artifice. La Joie est. Et quand elle est, le bavardage, et même la littérature, n’ont plus leur place. Et pourtant, communiquer reste notre lien d’animal social. Et, on finit par se résoudre à partager de manière prosaïque, ce sentiment de plénitude intense qui ne tient sur rien de tangible. Des mots vont servir de pont, chapelets de lettres... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 février 2016

Il a regardé l'heure

Il a regardé l'heure. Il était 7 h 50. Il a pensé en toutes lettres "huit heures moins dix", et s'est souvenu de l'apprentissage antédiluvien du fonctionnement des aiguilles. Il a regardé par la fenêtre, l'horizon rouge et tendu comme les muscles de la carte d'anatomie à oeillets, à droite du tableau noir. Parallèle à la mer bleu cobalt, il semblait l'inviter à s'allonger sur le fil du temps.Il a regardé l'heure. Il était 8 h moins 10. Il a pensé en chiffres "7 h 50"et a posé ses lunettes sur la table de chevet, juste à côté de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2016

Des outils simples... et lumineux

La vie, tous les jours, nous apporte confirmation de sa complexité. Alors, comment oser proposer des outils « simples » pour mieux la gérer ? Nous avons tendance à confondre la vie et la société. Même si l’Homme est un animal social, il est possible d’avancer sans se confondre complètement avec son époque, son milieu ou les mouvements sociétaux. Il est possible de ne pas s’encombrer outre mesure avec des complications inutiles, même imposées par d’autres. La surinformation aidant, nous avons moult occasions de nous... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2016

La saine attitude

Nul ne peut se targuer de connaître la recette du bonheur, même si les prédicateurs en tous genres sont nombreux depuis la nuit des temps. Notre époque nous offre, en plus des nouveaux messies à la sauce numérique, des solutions miracles pour tout. Heureusement, elles se font concurrence et chacune lavant plus blanc que la précédente, elles s’autodétruisent, pour peu qu’on n’ait pas plongé trop tôt dans la marmite. Alors faut-il se méfier pour ne pas trop se confier à un gourou talentueux ou à une idée séduisante ? Certes non.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 février 2016

un pinson menuisier

un pinson menuisier sur une branche nobiliairedortun garçon androgyne dans les bras d'un notaireflancheun ami oublié sur le fil du quantiquepleureun amour de vieillesse sur un lit d'hôpitalmeurt une musique synthétique dans les rues de Créteilfileune passoire en plastique sur l'évier extérieursècheune étoile en carton sur un tas de fumierbrilleune sirène à deux balles sur l'estrade de la viedanse des enfants sans couleur dans une cour en bétonjouentdes amants éphémères dans un train de banlieuesaventdes ordures répugnantes sur une... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 janvier 2016

Une vie honnête

J’ai longtemps pensé que chacun vivait en conscience et en recherche du mieux en permanence. Lorsque j’écris longtemps, il faut l’entendre et le traduire en demi-siècle. Ce n’est pas rien ! Aucune révélation soudaine ne m’a ouvert les yeux. C’est surtout la récurrence, puis la somme des déceptions qui ont fini par m’alerter. Certes, je sais, aujourd’hui, qu'il n'en est rien, mais pour parler franc, je ne me résous pas à y croire complètement. Trop peur de ne pas supporter cette inanité, sans doute. Mes excès d’ambition... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 janvier 2016

Contraste

Confortable dans son inconfort. Heureux dans son malheur. Terrain connu qui rassure. Immobilisme qui arrange. Vie courbe infinie. Vie courbée finie. Laisser aller. Laisser couler. Dégouliner.Cercle d'amibes. Abîme centrifuge. Cadrage fossilisé. Miroir de passé. Tiroir mité. Toile d'araignée. Photocopie recyclée. Point de croix digitalisé. Service vomi. Rendu sclérosé. Arthrite partagée. Grincement refrain. Vie fétide. Mousse cocon.Graisse. Champignon. Pourriture. Bactérie. Putréfaction. Déliquescence. Mouvement salvateur. Changement... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]