28 novembre 2015

Coup de baguette tragique

Pensée triste.Et tristes pensées. Triste pensée. La circonstance guide. L'émotionnel soude.La communion fait tenir debout. Tuteurs, les uns des autres. En liens sociaux. Anesthésie générale. L'instant triomphe et la foule a raison. Et pi, Derme alors ! Tics de peaux agacées. Griffes de pores dérangés. La haine, c'est de l'amour. L'amour, c'est de la haine ?Guerriers confort. Troufions standards.Totalitarisme terrifiant. Pensée Commune. Triste. Mouton noir sacrifié.Intelligence et raison ostracisées.Symboles sécheurs de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2015

Automne malade et abîmé

Automne malade et abîmé tu mourras comme mourut janvier dernier. Comme un vol d'étourneaux de Panurge aériens, qui vire et volte au mouvement du voisin, les consciences faibles suivent. Et retourne le vent comme on retourne vestes, à vitesse de l'éclair qui assombrit le plafond de la vie.On ne se bat jamais que contre la bêtise après tout. Et la bêtise est forte, armée visible et souvent invisible, c'est selon, elle n'est jamais humble, elle parade, elle affirme, elle avance plutôt qu'elle ne pense.L'émotion communion fait plus peur... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Marathon de tous les Tangers. Récit.

Pour faire plus simple, voici ci-après mon compte-rendu envoyé à l'organisation après mon Marathon de Tanger de dimanche dernier : "Tellement à dire !!!...Parcours annoncé jusqu'à 4 jours du départ non-conforme (il manquait 4 km). Après des échanges de messages insistants, on réussit à avoir un parcours dessiné et à la bonne distance. Sauf que... le jour de la course, il est de nouveau modifié. Village Marathon très succinct et informations très approximatives. On m'annonce 300 marathoniens quand nous n'étions qu'une cinquantaine. ... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 novembre 2015

Attention Tanger Marathon

Depuis 2008, tous les ans, pour mon anniversaire, je m'offre un marathon. Jusqu'ici, c'est le Marathon Nice-Cannes qui emportait mes faveurs. On peut comprendre. Son parcours est un bonheur, quoi qu'il arrive. Cette année, je ne courrai pas le 8ème marathon à domicile. J'ai décidé d'aller courir mon 14ème marathon à Tanger. Ce sera dimanche. Il est vrai, qu'adepte du fameux d'une pierre deux coups, j'en profite pour rendre une visite à l'un de mes fils qui y vit. A moins que ce ne soit l'inverse.N'ayant plus l'âge des défis... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2015

Je me souviens

Je me souviens de l'année prochaine. Elle était belle. Le printemps avait compté un peu plus que les autres, parce que c'était celui-là. Il avait la couleur nostalgique des automnes du futur antérieur, et c'était sa force et son optimiste originalité. Il m'avait ouvert mars comme on ouvre un crâne encombré ; la vase se répand et le coeur du joyau fait des griffes de reflets dans l'air. Demain était beau et personne n'avait osé le lui reprocher. Pas même les paresseux de l'imagination. Ils en avaient, comme toujours, pour l'effort... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2015

Ambiance de cinéma

Pour l'accompagner dans son sommeil, il la borda d'ambiances de cinéma romantique. Ce n'est pas une image, ou une astuce littéraire. Il la recouvrit d'abstrait, puis passa ses mains sous les sensations et lui souhaita une bonne nuit. Couverture d'imagination, elle ne pouvait que dormir au chaud. Il repartit vaquer à quelques occupations, mais, son esprit lui jouait des tours. Comment pouvait-il être sûr que ce qu'il venait de faire existait ? Comment une telle idée pouvait passer par un cerveau sain ? Car son cerveau était sain,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2015

Vive la vie, Leny

"Vive la vie". Tu l'as écrit sur la pochette, à la fin du spectacle, en 1974, dans une MJC de banlieue rouge de l'ouest parisien. J'ai ressorti le vinyl du fond d'un garage où il vieillit, bien au chaud entre quelques autres dont on n'ose pas se débarrasser. La dédicace respire encore. Elle éclaire le carton d'une lumière un peu nostalgique et poussiéreuse, mais, vive et douce à la fois. Les cloches de l'église voisine sonnent 10 heures quand l'appareil photo numérique embrasse le 33 tours. Choc des époques et flash-back émotionnel... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 octobre 2015

Le prix à payer

Un jour, plus tard, nous tournerons le dos à l'apparence. Le futile n'envahira plus l'espace. La vérité sera plus belle que l'illusion, et le vernis embellira la matière de son craquèlement irrégulier, rustique et moderne. On osera, enfin, dire aux imbéciles qu'ils le sont. On nommera les pathologies aux oreilles des concernés, pour les aider. Un jour, plus tard, nous ne visiterons plus les villes, de l'électronique au bout d'une perche, pour se photographier l'enveloppe. Nous ne décorerons plus les chiens sauveteurs,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2015

La Lumineuse

Elle a posé la Corse sur l'horizon outre-mer, et fait la place à votre baluchon. Elle a ouvert plus grand que c'est possible, le rideau de sa cour pour partager jardin. Et sans un mot trop hâtif, malgré le temps pressé, elle a souri à l'instant de ses yeux turquoise.La Lumineuse ne compte pas les heures. Le clocher Saint-Hélène lui sonne qu'elles ne passent que par convention. Un coup de canon, quotidiennement, la rappelle au zénith, la ramène au zénith. Car, le temps n'est qu'un mot, comme jeunesse, comme vieillesse. Des mots. Et,... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2015

C'était hier

C'était hier. Un hier si lointain qu'on l'appelle antan. Pas si antan que cela, cependant. Il est à portée de vie, à portée d'histoire. On sait qu'il s'effacera avec sa propre mémoire, le jour venu, la nuit venue. On se l'invente un peu, on mélange les couleurs, on enlace les parfums, on éclaire de plus beau, on ressent sans saisir.On le raconterait qu'il se dégonflerait. Le récepteur, poli, vous donnerait le change, comprenant qu'il ressemble à l'un de ses hiers à lui. Attendant parfois la fin du récit pour envahir l'espace de sa... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]