16 juillet 2015

Trop tendre

Il est 11 heures du soir à la pendule du jour. Et, il est 11 heures du soir à la pendule de sa vie, aussi.Avant de souhaiter une bonne nuit, il a posé son épaule sur le chant de la porte ouverte, comme s'il demandait du rabe, par peur qu'elle ne se referme trop tôt, peut-être. Encore un peu d'échange. Encore un peu. Timidement. Encore des choses à dire, à ranger sans déranger. Comme si minuit pouvait faire basculer vers la nuit, la noire, la vraie. Des prolongations qui ne décideraient de rien, qui seraient là, juste pour étirer le... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 juin 2015

Les mains calleuses

On aurait aimé avoir les mains calleuses, de celles qui montrent qu'elles travaillent, avoir les pieds boueux qui font s'attendrir les bons sentimentaux, avoir les yeux cernés de la souffrance du quotidien, preuve du labeur subi caressé par la compassion, avoir les idées embrumées de trop de corps physique harassé empêché de penser, héros aux yeux de lucarnes embourgeoisées, avoir les bras musclés sans exercice programmé, musclés par la pelle, la pioche, la besogne, avoir les mains cambouis de l'ouvrier qu'on peut flatter du haut de... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2015

Arrêtez de vous suicider, c'est un ordre !

Nino, un jour, dans un champ à tâté de la carabine dans la gueule, un champ qu'on dirait le Sud. Et, ni toi, ni moi, n'étions là.Tous les Nino du monde, cheminent en des tunnels sans bout pour leur vision de la réalité. Leur angle fait le mort. Pourtant, toi et moi, on devrait être là quand même, pour empêcher la chevrotine d'exploser la sensibilité. On est là, sans l'être, avec notre pudeur extrême et nos idées de liberté, qui nous empêchent toutes les deux d'aller choper l'Autre par les épaules, le secouer comme un prunier et lui en... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2015

Ce truc-là... là.

J'aime les lucides désabusés. Alors que je ne le suis pas. J'aime le jugement glacial de ceux qui ont tiré le rideau une bonne fois pour toutes. Ils ont tout mon respect pour leur courage de vivre avec cette certitude de la laideur du monde et, pourtant, de vivre quand même. Peut-être en suis-je jaloux ? Parce que je m'en sens incapable. Ils voient des monstres et des égoïstes quand je vois des anges potentiels et des êtres à convertir.Bien sûr, comme tout un chacun, surtout à mon âge, je continue à me construire de mes déceptions, et... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 mai 2015

La vie va

Elle a les yeux qui brillent. Il a perdu 3 points. Elles aiment la Formule 1.Il marche vers Saint Jacques. Elle espère le revoir. Ils voyagent à l'aveugle.Elle croit au Bon Dieu. Il veut sauver Renaud. Elles vont chez Carita. Il a peur du jour. Elle aime la paëlla. Ils rentrent par le tram. Elle a 18 ans. Il s'ennuie sans mourir. Elles pleurent pour rien. Il regrette le passé. Elle découvre l'amour. Ils se posent des questions. Elle fuit en Aquitaine. Il quitte la politique. Elles rentrent dans les ordres. Il est en garde à vue. Elle... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 07:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 mai 2015

Le temps des tournesols

Et, les tournesols reviendront fleurir les écrans comme ils émeuvent les automobilistes. On s'arrêtera pour les immortaliser, et, on prendra la même photo que l'année dernière.Certains diront qu'on s'aigrit à le faire remarquer et, qu'il faut "garder son âme d'enfant" et savoir "s'émerveiller chaque jour". Ils auront raison, mais tort de l'exprimer.Plus loin, le champ de coquelicots reprendra le pouvoir sur les hommes, par épiderme et rétine interposés. On finira par se dire que la vie est belle, à la même cadence qu'on la disait... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2015

Les histoires d'amour finissent mal... en colonel

Les histoires d'amour finissent mal... en colonel. L'amour se délite, comme rivière sort de son lit. Avec l'étang, le ciel a marre, les lâche. Bon vent. Lie d'amertume fait bouches sèches. Étranges étrangers défusionnés, atomes autonomes. Passé passé, dépassé. Dépecé. Les histoires d'amour finissent mal... en colonel. Générale de représentation d'armée défaite. Bataille pour rien. Bérésina glaciale. Exsangue et vide. Tout ça pèse. Tout s'apaise.Les histoires d'amour finissent mal ou bien... Les deux, mon colonel. D'abord, mal. Puis,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 avril 2015

Marathon d'automne 2015

Après ma participation aux 7 marathons Nice - Cannes depuis 2008, je ferai des infidélités au Marathon local cette année. Je ne ferai donc pas partie de la minorité de coureurs en course pour la 8ème étoile, témoin de leur fidélité à cette magnifique course. J'ai, en effet, décidé d'aller courir le Marathon de Tanger le 08 novembre prochain. Premier marathon hors d'Europe pour moi (avec une vue sur l'Espagne tout de même) et deuxième édition. Le parcours semble fabuleux. Un aller-retour s'offrant le luxe de relier la Méditerranée... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2015

Marathon d'Ajaccio, l'atypique.

Parti courir mon 13ème marathon en Corse, afin d'allier découverte de l'île et plaisir de la course, je ne m'attendais pas à autant de surprises.Compte tenu des circonstances expliquées dans mon précédent billet, j'envisageais une approche de la course "en touriste", justement. Après une bonne semaine chargée en kilomètres et très belles émotions (De Bastia à Bonifacio, en passant par Saint-Florent, l'Île Rousse, Calvi, Ajaccio, Propriano et Sartène), je suis arrivé la veille de l'épreuve avec moult interrogations. Allait-on... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 mars 2015

Marathon d'Ajaccio en vue

Mon marathon de printemps se profile à l'horizon. Dans 8 jours, je serai au départ du Marathon d'Ajaccio.C'est un choix de participation original pour moi, et, à plusieurs titres : - je ne connais pas la Corse, que je vais découvrir en partie pendant la semaine précédant la course. Pas idéal pour le repos d'avant-course.- je n'ai jamais couru une course avec si peu de concurrents. A ce jour, le site de l'épreuve annonce 56 participants. L'année dernière, à Paris, à la même date, nous étions 50 000.- j'appréhende un parcours où l'on... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]